Cameroun - Frais d'APEE: Des parents s'insurgent contre leur augmentation - Un mémorandum adressé à Paul Biya

Le collectif des délégués des parents d'élèves du lycée bilingue de Deïdo vient d'adresser un mémorandum à Paul Biya.

Une semaine après la grogne des parents d'élèves du lycée du génie militaire de Bassa, de nouvelles plaintes ont été enregistrées le vendredi 2 août 2013 à Douala. Cette fois, ce sont les délégués des parents du lycée bilingue de Deïdo qui s'insurgent contre l'augmentation des frais exigés à chaque parent membre de l'Association des parents d'élèves et enseignants (Apee) dudit établissement. Un mécontentement qui survient après que les frais d'Apee soient passés de 8500 FCFA à 17.000 Fcfa l'an dernier (2012-2013). Et comme ci cela ne suffit pas, une note du proviseur dudit lycée datant du 10 mai 2013 précise que ces frais d'Apee vont passer de 17.000 FCFA à 30.000 FCFA dès la rentrée scolaire prochaine (2013-2014).

Une mesure que certains parents approchés par Mutations ne sont pas prêts d'accepter. Ils viennent d'adresser un mémorandum au Président de la République afin de solliciter son arbitrage. Car si rien n'est fait, certains parents vont débourser plus de 60 000 à 70 000Fcfa de frais de scolarité par élève. «Nous exigeons donc que ces frais baissent à 8500 FCFA et non à 17 000 ou 30 000 FCFA», soutient le collectif des délégués des parents d'élèves du lycée bilingue de Deïdo (Lybd). Dans ledit mémorandum, ce collectif dénonce la gestion opaque des fonds de l'Apee. Il exige qu'un bilan de la gestion des 115 millions de FCFA collectés auprès de 6000 élèves l'année dernière leur soit présenté.

Surtout que l'augmentation a été faite de manière unilatérale par le proviseur dudit lycée. Ceci en violation de la loi n°90/ 053 sur la liberté d'association et des partis politiques au Cameroun. Approché par Mutations Pascal Bias, proviseur du Lybd révèle qu'il n'est qu'un conseiller technique émettant des besoins. Les fonds sont gérés par le bureau de l'Apee. M. Wamba, le président de l'Apee de cet établissement indique que la situation géographique du lycée, sa forte sollicitation et les effectifs pléthoriques auraient contraint les parents d'élèves a engagé un projet: «Celui de construction d'un bâtiment de 18 salles de classes, un R+2 l'année dernière (2012).

Ce bâtiment sera inauguré ce 31 août 2013», révèle le président de l'Apee. Avant d'ajouter que l'Apee paie également les salaires mensuels à 80 professeurs vacataires et fourni du matériel didactique au lycée. Le problème selon les parents, c'est qu'en moins de deux ans, «le taux de l'Apee fixé à 8500 Fcfa durant des décennies a triplé. L'année dernière déjà malgré les menaces de la Conac, ces frais ont été augmentés», fulmine l'un des délégués membre du collectif.

© ARISTIDE EKAMBI | Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau