Cameroun - Exclusion des étudiants : Malaise à l’Iric

iric230513200.jpg

Exclus de la filière diplomatie, ils s’apprêtent à saisir la présidence de la République. Ambiance au sein du campus.

Lundi 21 mai 2013. Les cours se déroulent normalement dans les salles de classe de l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric). Certains étudiants, notamment ceux de la filière diplomatie, sont face au tableau d’affichage et commentent encore la décision du 14 mai de Jacques Fame Ndongo, excluant des étudiants de cet établissement. Ils cherchent à comprendre. L’ambiance est maussade sur le campus. Pierre Emmanuel Tabi, le directeur de l’Iric, n’a pas souhaité s’exprimer sur l’exclusion de ces étudiants. Il a préféré nous renvoyer auprès de Mme Atangana, la chargée de la cellule de communication. Celle-ci, visiblement embarrassée, nous rétorque qu’ « on ne commente pas les décisions de la tutelle.

Nous n’avons pas d’explication à donner sur ces étudiants exclus de la liste d’attente de la filière diplomatie pour le compte de l’année académique 2012-2013 ». A l’Iric, pourtant, les commentaires vont bon train. Plusieurs de ces étudiants qui rêvaient déjà d’engager des études en diplomatie pour une future carrière de diplomate crient au scandale. Un étudiant concerné explique : « Nous avons été régulièrement et officiellement admis à suivre les cours conformément au communiqué du ministre de l’Enseignement supérieur du 28 décembre 2012 ». Un autre précise que « c’est depuis le jeudi 17 mai 2013, date du début des examens, que nous avons été invités dans les services de la scolarité. Le chef de la scolarité nous a remis le communiqué du 14 mai 2013 signé par le Minesup.

Ce qui est absurde, c’est qu’aucun responsable de l’Iric n’a réussi à motiver cette décision. Nous cherchons encore à comprendre les motivations de cette décision voire les modalités de mise en oeuvre. Bien plus, pourquoi avoir attendu plus de cinq mois alors que le 28 décembre 2012, le Minesup nous déclarait « définitivement admis » ? Que faire des examens qui s’achèvent samedi prochain ? », s’interroge cet exclu.

Ferdinand Ngoh Ngoh

Nos confrères du Messager pensent savoir que c’est le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, qui a donné cette instruction. « Le Sg/Pr porte un regard attentif sur les produits de l’Iric. Il aurait donc jugé surprenant que neuf candidats de la liste d’attente de la filière diplomatie à l’Iric soient définitivement admis sans que les places se soient libérées (par désistement). Un autre étudiant de la filière diplomatie exclu précise que « depuis 2008, tous les étudiants de la liste d’attente sont déclarés définitivement admis. L’année dernière, il y en avait 35 ».

Fils de hauts cadres

Sur cette liste définitive, on peut constater qu’en dehors des 15 candidats réguliers admis, un 15ex (Dia-Roukatou) a été inséré à ce document. Il en est de même du 9ex (Essaga Ndjaga Blandine Christelle) ajouté. Un enseignant de l’Iric affirme qu’il s’agit là « d’astuces que la hiérarchie utilise pour favoriser des proches. La liste des candidats réguliers ne contient en réalité que les noms des enfants des hauts cadres de ce pays. A mon sens, le Sg/Pr veut restaurer un peu d’ordre dans la maison ». Toutefois, toutes les tentatives pour avoir l’avis du Minesup sont restées vaines. Au moment où nous mettions sous presse, plusieurs étudiants de la liste d’attente exclus s’apprêtaient à déposer une requête à la présidence de la République.

D’après le communiqué N° 12-0377/Minesup/DDES du 28 décembre 2012, les candidats déclarés définitivement admis au concours d’entrée au cycle de master professionnel en relations internationales, filière diplomatie, à l’Iric, pour le compte de l’année académique 2012-2013 et classés par ordre de mérite sont :

Liste d’attente.

1-Ody Asse Dieudonné Confiance

2-Bibi Ayina Martial Marie

3-Elepi Ewane Jacques

4-Oben Paul Nyenty

5-Sama Renatha Nahquan

6-Pisso Ekwa Nseke

7-Nnomo Zanga Dominique Williams Arnold

8-Kenhoung Yanic 9-Atangana Mengbwa Sandrine

9-ex-Essaga Ndjaga Blandine Christelle

© Le Jour : Jean-Philippe Nguemeta

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau