Cameroun - Examen national d'aptitude à la formation-médicale: Bras de fer entre Fame Ndongo et l'Universite des Montagnes

 La rentrée des candidats admis a été reportée à une date ultérieure et l'Udm n'a pas signé le contrat cadre de partenariat avec l'Etat.Le Ministre de l'Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo a présidé hier à Yaoundé une cérémonie de signature de contrat cadre de partenariat entre l'Etat du Cameroun représenté par le Ministère de l'Enseignement supérieur et les instituts privés d'enseignement supérieur de formation médicale habilités.

fame-ndongo-31.jpg

Le Ministre Jacques Fame Ndongo a signé ledit contrat pour le compte de l'Etat. Dans l'espace réservé aux deux établissements de formation médicale, seul l'Institut supérieur des technologies médicales de Nkolondom (Istm), représenté par son promoteur, Jean marie Ningoulou Bel et le Directeur, doyen de la Faculté de médecine, Paul Hagbé a apposé une signature au bas du contrat. Grand absent à la cérémonie, l'Institut supérieur des sciences de la santé de Bangangté (Isss) plus connu sous le nom d'Université des Montagnes (Udm) qui n'était pas représenté et n'a donc pas signé le contrat cadre de partenariat.

Un boycott? Non, rétorquent les responsables de cet établissement qui disent au Jour leur étonnement et indiquent qu'ils n'ont été ni informés ni invités à la cérémonie présidée par le Ministre Fame Ndongo hier.C'est donc le dernier épisode d'un bras de fer entre le Ministre de l'Enseignement supérieur et les responsables de l'Udm depuis la publication des résultats de l'examen national d'aptitude à la formation médicale, pharmaceutique et odontostomatologique du Cameroun au titre de l'année académique 2013-2014. Un bras de fer consécutif à un malaise perceptible depuis quelques temps.

La preuve, cette tribune publiée hier par le Pr Ambroise Nkom, vice-président de l'Udm dans les colonnes de nos confrères de La Nouvelle Expression: «L'examen national s'est déroulé comme un secret d'Etat et l'Udm n'a été associée qu'au ni¬veau de la contribution à la banque des sujets. Première concernée, elle a appris au saki-du 1er novembre 2013 que les résultats du concours étaient publiés sans jamais savoir qui a participé aux délibérations ni quels ont été les critères de sélection des candidats». Ajoute plus loin: «L'organisation du concours dans des conditions des plus rocambolesques, manipulation des résultats par des groupes occultes et la confection des listes plus étranges les unes que les autres ne sont nullement de nature à rassurer les partenaires institutionnels et l'opinion publique». Comme suite logique à cette prise de position assumée, les parents des étudiants récemment admis à l'examen national d'aptitude à la formation médicale, qui se sont rendus au campus de l'Udm à Bangangté pour les formalités d'inscription ont été priés de rebrousser chemin.

Un communiqué signé par le président de cet établissement, Henri Njomgang daté du 6 novembre dernier est sans équivoque: «Le président de l'Association pour l'éducation et le développement, fondatrice de l'Université des Montagnes communique: Il est porté à la connaissance de la communauté universitaire, des étudiants et des parents, qu'en raison des démarches en cours auprès du Ministère de l'Enseignement supérieur en vue de clarifier les conditions d'inscription et de formation des étudiants sélectionnés dans le cadre de l'examen national d'aptitude à la formation médicale, pharmaceutique et odonstomatologigue, la rentrée académique pour la première année dans lesdites filières est reportée à une date ultérieure». L'Udm attendait donc ces clarifications quand le Ministre Jacques Fame Ndongo a organisé à Yaoundé hier, la cérémonie de signature du contrat cadre de partenariat entre l'Etat et les instituts privés d'enseignement supérieur de formation médicale. Un contrat que l'Udm n'a pas signé.

© Claude Tadjon | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau