Cameroun - Education: les tricheurs passent aux aveux

Sur un échantillon de 1525 étudiants, 86,6% avouent avoir triché à l’école primaire, 92,9% au secondaire et 93% à l’université. L’enquête a été réalisée dans18 établissements universitaires publics et privés de Yaoundé et Douala par huit chercheurs camerounais. L’atelier de restitution de ces travaux a eu lieu, samedi dernier, au Centre national de l’éducation du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation à Yaoundé.

Travaux qui portaient sur « l’environnement psycho-social et la fraude aux examens universitaires au Cameroun et l’évaluation comparée de l’intention entrepreneuriale des étudiants des cités capitales camerounaise». Cette enquête intervient dans le cadre des missions du Réseau ouest et centre africain de recherche en éducation (ROCARE) qui veut promouvoir la recherche et améliorer les politiques et pratiques d’éducation dans les pays-membres. Les chercheurs qui se recrutent parmi les étudiants et doctorants des universités de Ngaoundéré, Douala et Yaoundé I, ont évalué, entre autres, l’influence des effectifs pléthoriques sur la fraude aux examens universitaires. Ils ont également analysé la qualité d’organisation des examens et mis en relief les pratiques qui favorisent la fraude.

Les chercheurs ont également conclu que l’idéalisation de la fonction publique et de l’emploi salarié sont autant d’obstacles à l’intentionnalité entrepreneuriale chez les étudiants. Les professeurs Georges Epah Fonkeng et Pierre Marie Njiale ont assuré le parrainage scientifique de ces travaux alors que ceux-ci étaient présidés par le coordonnateur national du ROCARE-Cameroun, Pr. Pierre Fonkoua.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau