Cameroun - Concours de l'Emia 2013: Le Mindef dans l'étau d'un piège à rat

Selon ce qui se chuchote dans les milieux de l'armée camerounaise, une épée de Damoclès plane au-dessus de la tête du Ministre en charge de la défense nationale.

emia-cameroun.jpg

Selon des sources exclusives au journal L'anecdote, un piège à rat est entrain de vouloir se refermer autour du Ministre Edgar Alain Mebe Ngo'o. Tout se serait si bien huilé qu'il ne manque qu'une signature pour que l'actuel Mindef soit broyé par une tragique roulette russe savamment travaillé par des personnes qui lui sont proches. Dans les milieux des animateurs du concours de l'Emia pour l'année 2013 en effet, on en est encore à se demander si le Ministre est au courant des différents tripatouillages et machinations au niveau du concours de l'Emia qui pourront, à terme, lui valoir de perdre toute confiance du Chef de l'Etat pour qui, l'admission et la formation d'un candidat à l'Emia doit obéir à des rectitudes incontournables.

De sources dignes d'intérêts cependant, l’on apprend que certains «hauts gradés» ont milité pour que plusieurs de leurs protégés puissent violer les lois cardinales du concours de l'Emia, composent et soient aujourd'hui à des attentes de résultats. D'abord, on parle de cette dame mariée à un Secrétaire d'administration, titulaire de deux enfants, pourtant médecin généraliste, mutée par le Minsanté à Kribi et qui selon plusieurs témoignages concordants, n'exerce pas dans la cité balnéaire de la région de l'Océan mais, touche son salaire toutes les fins du mois, qui aurait présenté le concours de l'Emia sous son appellation de jeune fille pour la simple raison que son père est lieutenant-colonel.

Non seulement, elle ne remplissait pas les conditions générales d'admission à l'Emia qui stipulent que pour ce faire, il faut être célibataire sans enfants à charge, mais bien plus elle ruine le pays en touchant un salaire suffisamment équivoque. Dans les milieux du concours de l'Emia, l'on se demande bien si le géniteur de cette dame qu'on dit se nommer Minko Gaëlle est au courant des actes de son rejeton. Bien plus, on parle d'un ressortissant du grand-nord qui lui aussi avait œuvré dans l'administration centrale, marié et père d'enfants qui dit à qui veut l'entendre qu'il est déjà reçu au concours.

A l'évidence, le Ministre en tant que Mindef, devra dans les prochains jours apposer sa signature sur le document portant circulaire des candidats admis. Que fera-t-il du piège qui semble se refermer sur lui? Il se dit que de sombres affaires aient entamé méchamment la quiétude du Mindef qui va tout droit devant un imbroglio à très haute capacité éruptive. Si maintenant il devra être établi que dans les questions touchantes à des odieux délits de corruption, l'armée aussi...

© EMMANUEL MANGA | L'Anecdote

Commentaires (1)

1. Laure NDOKON 11/09/2014

Rien ne vaut le travail bien fait

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau