yaoundé

Yaoundé, surnommée « ville aux sept collines », est la capitale politique du Cameroun depuis 1909. Peuplée de 2 440 462 habitants (en 2011), elle est, après Douala, la seconde ville de cet État de l'Afrique centrale. C'est aussi le chef-lieu de la Région du Centre et du département du Mfoundi. Yaoundé abrite la plupart des institutions les plus importantes du Cameroun. Un autre surnom de Yaoundé est Ongola, ce qui veut dire "clôture" en se réferrant au mur de l'ancienne poste allemande

La ville de Yaoundé, située au sud de la Région du centre, est implantée sur un réseau de collines dominées par les monts Mbam Minkom (1 295 m) et le Mont Nkolodom (1 221 m) dans le secteur nord-ouest de Yaoundé, ou le mont Eloumden (1 159 m) au sud-ouest. Les différents quartiers, disséminés de manière anarchique, laissent une place importante à la végétation dans les bas fonds. Yaoundé est traversée par de petits cours d'eau. Quelques-uns parmi eux sont les rivières Mfoundi, Biyeme et Mefou. Près du centre administratif de Yaoundé se trouve un lac appelé lac Municipal.

La ville de Yaoundé s’étend sur 304 km² et abrite une population estimée, en 2005, à 1 881 876 habitants, soit une densité moyenne de 5 691 habitants par km². (Troisième Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Yaoundé, 30 mars 2010). Le taux d’urbanisation au Cameroun est passé de 37,8 % en 1987 à 48,8 % en 2005 (Troisième Recensement Général de la Population et de l'Habitat, Yaoundé, 30 mars 2010) et il est projeté qu’en 2010, deux Camerounais sur trois vivront en ville (PNGE). La croissance annuelle de la population est estimée à 2,8 % en moyenne entre 1987 et 2005. Au moment de l'indépendance du Cameroun, en 1960, Yaoundé comptait 6 000 habitants.

Dans le but de pénétrer la zone de la forêt, l'administration coloniale allemande a organisé deux expéditions vers l'Hinterland de la côte camerounaise. Pendant que l'expédition sous le commandement d'Eugen Zintgraff se dirige au nord-ouest, celle des lieutenants Richard Kund et Hans Tappenbeck se rend à Kribi pour ensuite pouvoir contourner la zone d'influence des peuple Sawa par l'est. À la limite septentrionale de la forêt et au milieu des deux fleuves importants (le Nyong et la Sanaga), l'expédition a trouvé en février 1889 un accord avec un des chefs locaux du nom d'Esono Ela, pour créer un poste. Yaoundé fut dès sa fondation un poste scientifique, puis dès 1895 un poste militaire allemand sur une colline du pays ewondo. Elle se développa grâce à des commerçants allemands, comme base pour le commerce de l'hévéa et de l'ivoire. Elle fut occupée par des troupes belges pendant la Première Guerre mondiale, avant d'être placée sous protectorat français. Sa croissance fut d'abord assez lente, l'exode rural privilégiant Douala, puis s'accéléra après 1957 en raison de la crise du cacao et des troubles intérieurs touchant principalement la région de Douala. Étymologie

Le gouvernement, par la loi no 87-15 du 15 juillet 1987, a transformé Yaoundé en communauté urbaine (eq. commune urbaine à régime spécial). Ce régime dérogatoire supprime la fonction de maire au profit d'un délégué du gouvernement nommé par la présidence. La loi constitutionnelle du 18 janvier 1996 modifie le régime de la communauté urbaine, qui reste dirigée par un délégué du gouvernement, mais qui crée également 6 communes urbaines d'arrondissement dotées de conseils municipaux élus. Aujourd'hui Yaoundé compte 7 communes d'arrondissement. Noms des administrateurs actuels de la ville

En février 1888, une première équipe allemande était passée avec à sa tête les lieutenants Kund et Tappenbeck. En se rendant au sud-Nachtigal depuis Grand-Batanga, ils aperçoivent des gens qui semaient des arachides dans cet endroit vallonné, ils leur ont donc demandé d'où ils étaient. Les planteurs ont répondu qu’ils étaient des Mia wondo, des semeurs d’arachides, expression que les Allemands ont perçu et traduit comme Jaundo ou Jaunde2 (Yaoundé). Cette explication sur l'origine du nom de la ville n'est, malgré sa popularité, pas prouvée, car Kund et Tappenbeck faisait une différence entre le paysage ou pays "Jaunde" et le poste qu'ils appelaient "Jeundo". Ce n'est que pendant l'époque de Georg August Zenker (décembre 1889 - mai 1895) que le nom "Jaunde" est devenu commun dans les textes de l'administration coloniale allemande.

Découpée en sept arrondissements, Yaoundé possède plus d'une centaine de quartiers dont voici quelques-uns :

Anguissa: C'est le coeur palpitant du quatrième arrondissement de Yaoundé. Ce quartier abrite le Stade Malien qui est des plus grands monuments du sport camerounais avec le mythique Canon de yaoundé qui s'y entrainent. Ce quartier a aussi abrité le lchef de l'etat Paul Biya quand il etait Premier Ministre. Parmi les personnalités qui y demeure et qui ont vécu à Anguissa , ont peut citer:Mbombock Mayi Matip - La belle mère du Président - l'entraineur international JP Akono - le footballeur international professionnel Pierre Wome Nlend - le Musicien Simon Messanga- l'ancienne footbaleur professionnel Emmanuel Kundé - Le Rappeur Hi Mongo Nam - le footballeur professionnel Serge Ngal - Le basketteur professionnel Gaston Essengue etc..... Bastos : Quartier résidentiel chic au nord de Yaoundé et siège de multiples restaurants et de plusieurs ambassades.

La Briqueterie : Également appelé « La Brique » Grand quartier populaire ,situé au centre, quartier abritant une forte communauté musulmane à Yaoundé. Le quartier possède un palais des sports, de renommée continentale où se déroulent toutes les manifestations sportives en salle,et qui sert aussi de salle de concert et spectacles pour de grands évenements à Yaoundé.

Camp SIC hippodrome : Vieux quartier résidentiel, situé dans l'ancien centre-ville, abritant deux ministères: le Ministère de la Communication et le Ministère des Arts et de la Culture.

Elig Edzoa : Grand quartier populaire de la ville avec ses célèbres vendeurs de chaussures et de friperies. Etoudi : quartier au nord de Yaoundé abritant d'un côté la gare routière pour se rendre à l'Ouest du pays avec sa vie nocturne mouvementéE et la présidence de la République du Cameroun.

Mbata-Nlongkak : quartier au cœur de Yaoundé abritant les services du Gouverneur de la province du Centre de la république du Cameroun. Une grande partie de ce quartier, appelé Ntaba a été détruite le 29 juillet 2008. Essos : Grand quartier populaire du centre-est de Yaoundé. Très animé avec les snack-bar.

Mimboman: Quartier populaire du centre-est de Yaoundé. Abritant la gare routière de l'Est Madagascar : Quartier populaire du nord-ouest de Yaoundé. Mendong : Situé au sud-ouest de Yaoundé, le quartier s'est développé tout autour du camp SIC construit au début des années 1980.

Mendong abrite un lycée et plusieurs établissements privés d'enseignement secondaire, ainsi que deux écoles maternelles publiques, une école primaire publique et plusieurs écoles maternelles et primaires privées. Mendong compte une gendarmerie et un commissariat de police, ce qui fait de lui un quartier relativement sécurisé.

Mokolo : Quartier commercial du centre-ouest de Yaoundé, Mokolo abrite le grand marché de Yaoundé et plusieurs marchés en bordure de route. Commerçants et automobiles s'y disputent la chaussée. Ce quartier est très dense regroupe une population diverse. Ngousso : Ngousso est un quartier du nord-est de Yaoundé. Il est le siège de l'hôpital général de Yaoundé.

Nkondengui : Nkondengui est un quartier au sud-est de Yaoundé abritant la prison centrale de Yaoundé, de loin la plus célèbre prison du Cameroun.

Santa Barbara : Santa Barbara est un nouveau quartier huppé de Yaoundé où habitent des gens appelés communément au Cameroun les "nouveaux riches".

Obili : Obili est un quartier de l'ouest de Yaoundé. Il abrite l'IRIC (Institut international des relations internationales du Cameroun). Le nom Obili vient de l'ewondo et signifie "obligé" en français. Au milieu des années 1950, les populations Mvog Atemengue vivant au plateau Atemengue (Ngoa-Ekelle) ont été obligées de quitter les lieux et de s'installer plus bas d'où l'appellation "Obili". Il est situé à côté du quartier Ngoa-Ekelle. Koweit city: Nouveau quartier très huppé d'Odza où s'installent les nouveaux riches, tels que les footballeurs.

Autres quartiers : Emana,Camp-Sonel, Etoa-Meki, Mvog Atangana Mballa, Mvog-Beti, Mvog-Mbi, Olembe, Olezoa, Ekounou, Ekoudou, Mvam, Biyem-Assi, Etoug-Ebe, Melen, Mini-ferme, Cité-verte, Oyom-Abang, Nkol-Bisson, Simbock, Ngoa-Ekelle, Mvolyé, Damas, Obobogo, Tam-Tam Weekend, Maison Blanche, Nsimeyong, Tsinga, Nkomkana, Carrière, Mvog-Ada.Messa, Odza, Mbankolo, Jean-Vespa, Mballa 2, Tongolo, Nkol-Ewoue, Nkolndongo, Mimboman, Eleveur, Messa, Nkomo. 

Tourisme

La cathédrale Notre-Dame des Victoires

Quelques sites ou monuments à visiter à Yaoundé sont : Le musée national, situé au centre-ville

Le monument de la réunification, près de l'assemblée nationale.

Le lac central situé au centre administratif

Le mont Fébé

Le marché d'œuvres artisanales situé à la monté ane-rouge, centre-ville.

Le bâtiment historique de la chefferie Ewondo au quartier Efoulan.

Le parc zoo-botanique de Mvog-Beti.

La cathédrale Notre-Dame des Victoires située au centre-ville

Le sanctuaire marial situé au quartier Mvolyé est devenu une basilique mineure en 2008

Le centre culturel camerounais situé au quartier Nlongkak

Le marché Mokolo, pour s'imprégner de l'ambiance d'un marché tropical.

Le monument Charles Atangana situé au centre-ville

La grotte mariale de Mvolyé L’hôtel de ville et les monuments environnants.

Le musée d'art camerounais au monastère des bénédictins du mont Fébé.

Les stèles du Dr Eugène Jamot La chapelle EPC de Djoungolo Le palais de Charles Atangana

Le Bois Sainte-Anastasie situé au centre ville

Le Palais des Congrès (qui est aussi un magnifique point d'observation de la ville)

Le Mont Eloundem (au sud-ouest de la ville) Sport

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Yaound

Commentaires (1)

1. Fredy 28/12/2015

Salut

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/12/2012