CRAZY INDIA (Part.2) : TAJ MAHAL and others blessings

IN THE NAME OF LOVE …

La perle blanche de l’Inde est considérée comme le plus grand joyau architectural de l’art indo-islamique. Celui que l’on décrit comme « une larme sur le visage de l’éternité », révèle sa fascinante beauté sur la rive sud du fleuve Yamuna, près de Agra (Etat d’Uttar Pradesh, à 200 km de Dehli). Cet immense mausolée funéraire de marbre blanc fut édifié entre 1631 et 1648 sur l’ordre de l’empereur moghol Shah Jahan en mémoire de sa défunte épouse, morte en donnant naissance à son quatorzième enfant. Le monument devait dépasser en beauté tout ce qui avait été construit jusque-là. Ce chef-d’œuvre possède des qualités d’exécution et de conception exceptionnelles.

 Au total, 20 000 ouvriers et artisans d’Inde et d’Asie centrale participèrent à sa construction. On fit appel au savoir-faire Européen pour concevoir les délicats treillis de marbre et les panneaux en pietra dura, fait de milliers de pierres précieuses incrustées dans le marbre. En 2002, après avoir été progressivement sali par la pollution urbaine, il a retrouvé sa splendeur grâce à une ancienne recette de masque de beauté, le multani mitti – un mélange de terre, de céréales, de lait et de chaux, utilisé ordinairement par les femmes indiennes pour embellir leur peau. Pour y pénétrer, vous êtes invités à revêtir de magnifiques « charlottes de pieds » en papier (ambiance bloc opératoire) ou à vous y aventurer pieds nus.

mahaltaj.jpg

Un excès de zèle aussi rare qu’inattendu de la part des Indiens, appréciable, ma foi..! 56 m de haut … , petit effet « tour de Pise », je dois bien admettre au premier coup d’oeil, je m’attendais à un bâtiment un peu plus imposant. Sentiment très vite évacué par la beauté du site, c’est époustouflant. Bien que la ville d’Agra ne soit pas des plus « friendly » (une journée sur place est amplement suffisante), on comprend aisément pourquoi le Taj Mahal demeure un Lire la suite de l'article sur moodstock.fr

@http://moodstock.fr

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/07/2013