Vérités sur l’homosexualité à la chapelle de Mendong

Ce mercredi 30 octobre 2013, à la première heure, nous avons effectué une descente sur le terrain à la Chapelle St Achille Kiwanuka de Mendong.

csm-eglise-4bd825c0fc.jpg

Cette descente fait suite à l’affaire relayée depuis quelques jours par la toile à propos du viol d’un servant de messe de 16 ans par un prêtre de ladite paroisse. Cette affaire comme toutes les autres affaires à caractère sensationnel a eu du succès auprès de l’opinion. La majorité des internautes se contentaient alors de jeter l’opprobre sur l’Eglise Catholique et de ranger cette affaire dans une liste devenue assez longue des présumés scandales de l’Eglise. Nous regrettons aussi le fait que les journalistes qui ont l’obligation d’éclairer l’opinion ne se soient intéressés que très peu de l’épuration des informations concernant ce scandale. Et laisser cours à un article qui prête à équivoque. Un article qui n’a point été daté, qui n’a point été signé par leurs auteurs laissent des doutes à premières vues sur son objectivité. Ce que nous avons regretté le plus c’est que certains journalistes ont fait des descentes sur le terrain pour avoir plus d’informations sur l’affaire, mais n’ont point rendu compte au public, vous allez le comprendre plus loin.

Nous sommes descendus sur le terrain pour essayer de comprendre comment est ce que les fidèles et les responsables vivent l’affaire et se comportent après un tel évènement. Une fois à la Chapelle St Achille de Mendong, le lieu supposé du déroulement des faits, nous observons le tableau des informations, aucune affiche ne fait échos d’un tel fait. Une fois l’inspection extérieure de la paroisse terminée, nous avons trouvé utile et stratégique d’entrer à la paroisse pour participer avec les autres fidèles à la messe. Nous étions deux observateurs d’obédiences différentes : catholique et protestante. Pendant la messe, nous observions une paroisse plutôt normale, avec des fidèles n’ayant aucun air d’être troublé dans l’esprit par tel ou tel scandale, avec un prêtre faisant normalement sa messe. Nous attendions le moment des annonces avec émotion, mais aucune mention n’a été faite sur une pareille affaire.

L’observateur catholique a communié, et le protestant a communié avec eux en esprit. Nous nous sommes donné la paix du Christ. Une fois hors de la chapelle chacun est allé investiguer de son côté. Nous avons interrogé une dizaine de personnes, mais aucun des enquêtés était au courant de l’affaire. Nous avions alors pensé qu’ils avaient reçus des instructions fermes de ne point participer à la diffusion de cette information à tout tiers. Nous nous sommes entretenus avec le responsable des servants de messe qui semblait plutôt être préparé pour répondre à de telles questions. Il nous rassure que depuis les 25 ans d’existence de cette paroisse il n’a jamais existé un jeune servant de messe du nom de Bikhea Lucien Placide comme cité dans l’article. Et qu’aucune affaire semblable à celle relayée par la toile ne s’est jamais déroulée dans cette paroisse. C’est la même réponse que nous avons reçu d’un autre fidèle. Il nous montre alors les noms des responsables de la chapelle St Achille. Nous avons été frappés par deux choses : d’abord il n’existe pas de prêtres portant le titre d’Abbe dans cette chapelle, car la paroisse est gérée par une congrégation religieuse celle du cœur immaculé du cœur de Marie –CICM- en particulier les pères Armand IMOTI et Sinclair BOKO. Ensuite il n’existe et n’a jamais existé de prêtre pourtant ce nom de Bilong Mbogo Mathias tel relevé dans l’article. Bien qu’ils ont dans la paroisse une salle baptisée « Jean Paul II » comme les auteurs de l’article l’ont indiqué, ce fidèle nous rassure qu’affaire pareille n’a jamais vu les jours dans cette chapelle. Et aucune réunion n’a été organise dans ce lieu ce mercredi 09 octobre.

Nous n’avons point hésité à aller rencontrer l’un des prêtres de la paroisse, le père Sinclair BOKO qui nous a confirmé la plupart des informations précédemment recueillies. Il nous a dit être au courant de l’affaire, mais qu’elle le laisse indifférent dans la mesure où c’est un fait qui n’a jamais existé et qu’il ne trouve aucun intérêt à en parler aux fidèles, bien qu’il le fait avec certains de ses proches. Il nous confirme n’avoir reçu aucun journaliste venu enquêter sur cette affaire au près de lui.

Nous sommes ainsi retournés à nos occupations quotidiennes à 7h et poussières. Mais avant d’y aller nous nous sommes assis dans un « tourne-dos » de ce quartier à quelques mètres de la paroisse. Nous avons interrogés la servante qui nous a confirmé elle aussi n’avoir échos d’une telle affaire dans la paroisse St Achille. C’est avec satisfaction et déception que nous avons quitté la chapelle Mendong. Satisfactions d’avoir fait corps avec la vérité ou du moins d’avoir eu le courage d’aller au-delà de la doxa, de s’être arrêtés la où tout le monde est passé la tête hautement baissée. D’avoir pris avec objectivité ce que d’autres ont pris avec émotivité et sensations. Déception d’abord de certains acteurs de la presse nationale. Qui ne respectant aucune déontologie du métier se livrent dans un champ du sensationnel pour se faire un nom et quelques références sur Google au prix de la cohésion de certaines communautés et de la stabilité de l’Eglise même, que St Paul définit comme le corps du Christ. Ensuite pour les internautes eux-mêmes qui se laissent ballotés de part et d’autres par toutes sortes de vérités mensongères dont certains acteurs de la presse camerounaise détiennent seuls le secret. « Vous connaitrez la vérité et la vérité vous affranchira »

Par TATLA MBETBO FELIX ET JOACHIM NTETMEN 

@culturebene.com

Commentaires (1)

1. tboy 02/11/2013

L'eglise catholique vous a payer combien pour sortir avec cette article? Malhonetes.Que Dieu vous pardon!!!
Est-ce que le mot Mbalmayo se resemble au mot Mendong!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau