Une passerelle entre Médias traditionnel et moderne

Comment l’Afrique peut-elle conserver ce côté traditionnel si spécial et survivre dans un monde ultra-technologique ? Une question à laquelle les médias africains ont de la peine à répondre, souvent dépassés par une évolution trop rapide de l’ère numérique. Dans son nouvel ouvrage intitulé : « L’Afrique dans le temps global de la communication.

Du local au planétaire », le Pr. Michel Tjade Eone constate un tiraillement des médias du continent entre la culture du terroir et les avancées du numérique. Une attitude que le Pr. Tjade Eone résume par le terme « glocalisation », une association des mots globalisation et localisation. En somme, l’Afrique reste attachée à ses traditions mais s’ouvre au monde en empruntant, non sans beaucoup de difficultés, les nouvelles technologies.

Ces deux concepts sont très présents dans le livre. Même les illustrations de la première de couverture (antennes paraboliques, écran de télévision, décodeur numérique, présentateur du journal télévisé face à un joueur de tambour) opposent ces deux grandes idées. Dans les dix chapitres de l’ouvrage, l’auteur se concentre sur un objet d’étude et un cadre d’observation qu’est l’Afrique. Il revisite la communication sur le continent hier, aujourd’hui et demain.

Trois grandes idées ressortent de l’ouvrage. La réconciliation entre médias neufs et anciens prime dans la première partie du livre : « Du traditionnel au moderne ». Pour élaborer sa réflexion, l’auteur axe son argumentaire sur les médias traditionnels, en particulier le tam-tam ou tambour d’appel considéré comme le précurseur des récentes technologies de la communication.

En outre, au réalisme des médias traditionnels, cette première partie oppose les dérives d’éthique des mass médias actuels, avec comme exemple l’apogée au Cameroun du journalisme des listes. La deuxième partie du livre, « De l’Afrique à l’Afrique », parcourt 50 ans de communication depuis les indépendances et souligne les défis du présent et du futur.

La troisième et dernière partie : « Du local au global » est la plus dense avec sept chapitres, sans doute parce qu’elle s’appesantit le plus sur la raison d’être de l’ouvrage, le rapport entre global (mondialisation) et local (tradition). L’œuvre du Pr. Tjade Eone, enseignant d’université et membre de l’Académie des Sciences du Cameroun, invite les médias africains à embrasser les nouvelles technologies et suivre ainsi avec efficacité l’ascension des médias de pays développés.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 17/12/2012