Société: Après la mise en place du 1er Sénat, Ministres, Dg et Assimilés devront déclarer leurs patrimoines

La signature le 27 février 2013 décret présidentiel convoquant le collège électoral en vue des sénatoriales du 14 avril 2013. Une nouvelle que la plupart des camerounais interrogés ont reçu comme la réussite à un concours tant convoité.

Le premier constat qui se dégageait de cette innovation politique réside dans le fait que certaines personnalités annoncées comme devant faire partie de la Chambre Haute n'y figureront pas surtout pour l'insta nt, deuxièmement, le recalage de certaines listes du Rdpc dans certaines régions a été une désagréable surprise quant on sait les manœuvres orchestrées par certains dignitaires, troisièmement, le calme observé sur toute l'étendue du territoire avant, pendant et après le scrutin même le coin le plus inquiétant, Bamenda où le duel Fru Ndi et Simon Achidi Ashu présageait des lendemains violents a connu des lendemains tranquilles preuve que les prochains mois s'annoncent très mouvementés et innovant au Cameroun après la mise en place du Sénat.

En effet, les sources concordantes annoncent un projet de loi pour l'application de l'article 66 de la constitution du 18 janvier 1996 qui porte sur la déclaration des biens et patrimoine dont l'effectivité anime la société française. Un système qui n'est qu'un maillon très essentiel de la lutte contre la corruption et l'atteinte à la fortune publique. Ainsi, les observateurs avertis sont unanimes que le degré élevé d'enrichissement illicite des responsables de notre gouvernement est révoltant. Est-ce un système d'imitation servile? Loin s'en font. Les pays Africains en général ont copié les systèmes de gouvernement des occidentaux jusqu'à leur développement quantitatif et qualitatif. Au¬tant dire que ce qui se passe en France doit aussi interpeller notre gouvernement et surtout quand c'est bon, cela est même un apogée peut-on dire à l'implantation d'une véritable démocratie en Afrique.

Un patrimoine naturel acquis honnêtement ne saurait connaitre des hésitations sinon il faudra chercher à savoir par comment on l'a acquis. Dernièrement, la justice française évoquait les biens mal acquis des fils des Chefs d'Etat de l'Afrique centrale: Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, et aujourd'hui c'est le tour de Karim Wade au Sénégal dont la fortune personnelle est estimée à 694 milliards de FCFA. Quel courage? Pour tout dire, l'avènement de notre Sénat devrait aider le gouvernement des grandes réalisations à lutter contre l'atteinte à la fortune publique sur toutes ses formes et contribuer à la mise en place de la loi sur la déclaration des patrimoines

© Ernest Kouo | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau