Roméo Tignang, portrait d’un jeune… journaliste surdoué

A 24 ans, il fait partie du Desk de la chaine de télévision d’actualité mondiale en continu, Camnews24.

romeo-tignang.jpg

Depuis, cinq ans déjà, ce transfuge de Radio Sawtu Linjilla à Ngaoundéré, Radio Aurore à Bertoua et le Tri- Hebdomadaire Dikalo ne cesse de surprendre. Son travail est remarquable. Avec sa belle voix rocailleuse et son visage toujours jovial, Roméo Tignang, est devenu en quelques deux ans de service à l’Est du Cameroun, le style de mec dont les filles et garçons aimeraient avoir comme ami. Simple, souriant, courtois et très distrait, son jeune âge (24 ans, Ndlr) est un atout pour sa longue carrière journalistique. Journaliste, correspondant au coté d’Ernest Atéba Atsina, pour la chaine de télé Camnews24, ce « fils des Bamvelé de la Haute Sanaga et Foulbé du Nord» déborde d’énergie. Son ardeur et son dynamisme est apprécié, d’ailleurs certaines personnes n’hésitent pas un instant à le solliciter lorsqu’ils ont besoin de ses services.

Roméo Tignang, est né le 27 Février 1989 à Mbargué dans le Centre Cameroun. Ancien élève du Collège Polyvalent de Ngaoundéré, son parcours scolaire, il l’a débute à l’école publique de Bonis où, après avoir passé 7 années d’étude primaire, son papa (Militaire de l’armée de terre, Ndlr) est affecté à Mora. C’est dans cette agglomération de l’Extrême Nord qu’il sera mordu par le venin de la communication. « En étant en classe de 3è au Lycée Classique, j’ai été fasciné par la manière dont le Club Journal menait ses activités. Pour moi c’était « chic » et devenir journaliste était un rêve qu’il fallait réaliser ».

Etudiant en capacité droit en 2008, il s’oriente vers le journalisme en 2009 par le biais des grands frères qui lui conseillent l’école. C’est alors qu’il choisit de se former dans une école de formation de journalisme à distance, basée en Espagne, dont il penchera pour la filière « Journalisme scientifique ». La même année, c’est-à-dire en 2009 du mois de décembre, il obtient sa première émission dominicale (rap zone Adamaoua, ndlr). Celle-ci ne mettra pas long, car sept mois plus tard, c’est la radio urbaine de la ville de Bertoua, Aurore FM, qui lui ouvre les portes du succès. C’est le début pour une grande aventure, l’admirateur du journaliste de TV5, David Gilberg, fait tomber les voiles. Son slogan « appelez moi Sa Majesté ». « Cette appellation est née d’une icône de l’animation et du journalisme au grand nord Cameroun.

En faite, c’est Mohamed Nana (Journaliste Crtv Ngaoundéré, Ndlr), qui à chaque programme d’animation aime se faire appeler ainsi. Et comme il était un de mes parrains, j‘ai toujours voulu, en ayant ce slogan, le sentir à mes cotés» Ils sont nombreux qui l’ont soutenu pareillement. A chaque question à lui posée au sujet de: qui vous inspire le plus ? Il répond, « Dieu, mais également mes grands frères conseillers dont je suis leurs traces ». Parmi ces grands frères, il y a Alain Ebel Olinga, Bernard Bangda, Sebastien Chi Elvido, Jean Jacques Zé et Salomon Kankili. Actuellement sans enfant, Roméo n’est pas marié et continu de renforcer ses connaissances dans le domaine journalistique, surtout dans le journalisme des faits sociaux. Pour cette année, il s’est inscrit dans une école de journalisme à distance, où il reçoit des tonnes de cours en provenance de la France. Le JRI (journaliste reporter d’image, ndlr) veut faire carrière plus tard loin de son pays le Cameroun mais, a des projets de communication pour celui-ci.

@AfricaPresse.com: Mélanie NLOG à Bertoua

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau