Qui a peur du testament? Quand l´héritage divise les familles

Le matérialisme à outrance ne fait pas école dans nos sociétés sans impact négatif sur les valeurs morales et la gestion de la mémoire des disparus. Auparavant, les testaments étaient plus ou moins transmis sous forme orale et la parole semblait avoir une place sacrée, tant dans la conscience individuelle que collective.

Flo

De nos jours, on ne sait plus à quel Saint se vouer. Ni la parole, ni les écrits ne semblent plus inspirer confiance. Si ce n´est pas l´authenticité du testament qui pose problème, c´est son contenu qui surprend et taraude les enfants, rendant alambiquée la gestion post mortem et semant de la zizanie: les immeubles scellés, les pratiques magico-maléfiques, les comptes bancaires bloqués… Or dans nos mœurs, aborder le sujet du testament chez les parents, même à un âge avancé, serait synonyme de vouloir «précipiter leur mort». Que peut-il donc expliquer un tel mutisme? Le refus d´envisager l´inévitable (la mort) ou l´attachement au matériel? La méfiance ou la déception face à la cupidité de la famille? Même si les biens constituent en général l´objet de la convoitise, les familles les moins nanties ne sont pas non plus épargnées des conflits ouverts ou "froids" de la succession. Là où il y a absence de biens matériels, c´est souvent autour du nom ou du titre honorifique que se cristallisent les querelles. Quelques facteurs pouvant compliquer la gestion de l´héritage: le testament, la polygamie, le rôle de la famille et l´implication des amis…

Le testament

Écrire son testament revient à envisager l´éventualité d´une fin, mais surtout à laisser des consignes claires pour une vie paisible après son départ. Il est sans doute difficile d´imaginer ce point où, dirait-on en langage sartrien, on cesse d´être le "Pour-soi" pour devenir l"´En-soi". Toutefois, rédiger un testament bien détaillé, le laisser aux bons soins d´une personne de confiance et d´un notaire/d´un avocat, s´avère primordial pour clarifier et légitimer la gestion et le partage post mortem des droits et des devoirs entre les légataires. Et pourtant, lorsqu´on aborde cette question avec certains proches, on est vite confronté aux tabous, aux superstitions et même aux soupçons. C´est ainsi qu´ils mettent entre parenthèses la rédaction du testament et finissent par "tirer leur révérence", en ne laissant que de l´incertitude derrière eux.

Certains testaments révisés sont si différents de la première version que les héritiers se demandent si leur parent affaibli n´avait pas subi de manipulations de la part des personnes tapies dans l´ombre. À ceci s´ajoute une répartition injuste des biens, laquelle privilégie parfois les enfants déjà autonomes et néglige les plus faibles, n´en parlons pas des filles. Aussi faut-il noter la difficulté d´intégrer les enfants du défunt nés hors mariage, présentés aux veuves que pendant les obsèques.

De leur vivant, certains parents nourrissent l´espoir mais aussi l´illusion que leur successeur continuera à gérer la famille comme eux (les parents). Administrateur des biens, le successeur devra éduquer et élever ses jeunes frères/sœurs et les aider à trouver leur chemin dans la vie. Une mission chargée de bonnes intentions, mais qui en l´absence du fondateur de la famille, peine à se concrétiser. Avec le soutien de la famille, certains héritiers sont à la hauteur de cette lourde tâche à eux assignée tandis que d´autres, se retrouvent, malgré les efforts fournis, isolés et frustrés à cause des critiques pas les moins acerbes. On assiste aussi à des cas où les successeurs se laissent emporter par l´égoïsme et l´égocentrisme, lesquels les poussent à placer leurs droits au dessus des devoirs.

Il est curieux de voir que dans certaines familles, ces conflits se sont vite adaptés aux clivages politiques au point qu´on entend désigner le "clan" du successeur par "le parti au pouvoir " et celui de ses détracteurs par "l´opposition". Une conception binaire des choses qui ne laisse point de place à la neutralité.

La polygamie, la famille, les amis…

Les familles monogamiques ne sont pas épargnées des litiges liés à l´héritage. D´ailleurs les guerres de succession entre les enfants d´une même mère vont crescendo. Si l´équation n´est pas simple avec une seule épouse, alors, dans le foyer polygamique, les problèmes peuvent se multiplier par le nombre de femmes. En cas de controverses autour de la succession, les veuves se livrent des batailles, généralement par le biais de leurs enfants. Les oncles, les tantes et même les amis du défunt jouent leur partition, les uns pour apaiser les tensions et chercher une sortie de la crise, les autres pour envenimer le problème. Le recours pas le moins périlleux aux forces magico-maléfiques n´est pas exclu.

L´avidité de certains oncles et tantes n´est pas à négliger. Alors que du vivant de leur frère, ils n´étaient jamais impliqués dans la gestion du foyer et des biens de celui-ci, après sa mort, ils affûtent vite les armes pour imposer leur volonté sur la gestion de l´héritage; certains usant de tous les moyens physiques et psychiques pour intimider, infantiliser, voire mettre sous tutelle la veuve. C´est ainsi que la souffrance, les besoins, l´éducation et l´avenir des orphelins sont relégués au second rang.

Si l´absence d´un testament chez ceux qui malheureusement trépassent à la fleur de l´âge est tout à fait compréhensible, il reste cependant problématique de voir des chefs de famille succomber des suites d´une longue maladie, et laisser le suspense planer sur leur héritage. En l´absence du testament, certains enfants usent de leur position politique ou économique pour se tailler la part du lion, au détriment des plus démunis. Pour poser les jalons d´une harmonie durable après le départ, il est capital pour les parents de régler leur héritage et leur succession au moyen d´un testament qu´ils peuvent actualiser au fil des ans, afin de partager les droits et les devoirs de façon à ne pas léser et frustrer d´autres enfants, particulièrement les moins aisés. Le plus important n´étant pas de cumuler les biens matériels et de les léguer à la postérité, il importe de créer un environnement propice à l´épanouissement de la famille, d´inculquer aux enfants les valeurs morales, une bonne éducation et de leur donner les mêmes chances de réussite. Un proverbe camerounais ne dit-il pas: «le tuteur vaut mieux que l´héritage»?

© Correspondance: Florence TSAGUÉ

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau