Plagiat - Poursuite judiciaire: Letis Diva, une musicienne camerounaise, somme Mtn Cameroun à payer 50 millions de FCFA

Pour avoir utilisé sans autorisation des paroles de l'artiste musicienne Letis Diva pour en faire le baseline de ses messages publicitaires, l'entreprise de téléphonie mobile, a été assignée en justice pour plagiat.

letis-diva-002-2012-thn-475.jpg

L’affaire serait passée inaperçue en raison du quasi-anonymat de la victime de l'entreprise de téléphonie mobile, Letis Diva bien qu'elle soit artiste musicienne. Malheureusement si certains mélomanes parviennent à mimer ses compositions Musicales, c'est qu'ils s'y reconnaissent quelque part, surtout au travers de certaines des expressions phares et plutôt spécifiques. Ainsi en est-il notamment, de ce savant mélange des texto utilisés pour communiquer avec les tiers par téléphone, mais aussi et surtout pour exprimer au mieux les besoins d'une certaine frange de la population et particulièrement les, jeunes.

Dans ce registre, on comprend que se positionnant dans la même dynamique, l'entreprise de téléphonie se soit laissé aller au plagiat grossier en reprenant quasiment in extenso certaines des expressions du tube à succès de Letis Diva telles: ««C'est les go sexy que tu veux voir? C'est les mecs style que tu veux voir?, C'est le Ndolo que tu veux voir?» En les transformant sous le forme de texto «C les gars ke t v voir? C le Njôh ke t v voir? Etc».

Or, en la matière, le droit d'auteur garantit au créateur de telles expressions des royalties émanant de l'utilisation par des tiers de celles-ci et pire, le paiement de dommages et intérêts pour les préjudices qui en résultent. Et dans le cas d'espèce, il est clair qu'à aucun moment Mtn ne s'est point approché de l'artiste pour élaborer quelque gentlemen-agreement d'accord parties. Pour ce faire, on comprend pourquoi cette dernière, en l'occurrence Letis Diva a entamé une action judiciaire pour plagiat, contre l'entreprise de téléphonie mobile qui ne pouvait ignorer les dispositions inhérentes au droit d'auteur.

En effet, bien avant cette affaire, la même entreprise avait déjà été sommée pour les mêmes motifs en son temps par la Cameroon Music Corporation (Cmc) pour avoir utilisé les œuvres musicales de certains artistes camerounais comme musique d'attente pour sa clientèle. Et quand bien même cette première affaire connut une fin heureuse, elle se devait de constituer pour elle, une jurisprudence de fait.

A moins pour Mtn de croire qu'il pouvait impunément reprendre les expressions de Letis Diva, en se fondant uniquement sur les redevances qu'il reverse à la société de gestion collective des arts musicaux. Ce qui serait une aberration, tant il est vrai que ces redevances ne sauraient être assimilées à quelque passe-droit. En effet, en décidant de reprendre unilatéralement les expressions de l'artiste Letis Diva dans les messages par affichage pour la promotion de prestations spécifiques, Mtn tombe inéluctablement sous le coup du plagiat. Suffisant pour mettre en exergue une récidive, surtout que faisant le constat de celle-ci, l'artiste n'a pas hésité à la lui signifier par exploit d'huissier, en l’occurrence, Me. Guy Effon le 21 mai dernier.

Exploit qui n'a très certainement " pas fait revenir Mtn à de meilleurs sentiments, si l'on s'en tient à la sommation de payer à lui servie dès le lendemain, le 22 mai 2013, lui intimant de payer dans les meilleurs délais la somme de FCFA 50 millions «pour la réparation du préjudice subi par Letis Diva». Depuis lors, l'entreprise se clôt dans un mutisme inextricable en se refusant à tout commentaire sur cette affaire.

Tout au plus, elle semble narguer l'artiste en maintenant en l'état les messages incriminés. Pourtant, elle se serait rapprochée de l'artiste que l'affaire ne se serait pas ébruitée au point de mettre en doute, le mécénat qui est le sien en matière de promotion de la culture camerounaise et, de notre musique. Dans la foulée, on en vient à croire que Mtn a du mal à penser que l'action judiciaire de Letis Diva soit suffisamment contraignante pour lui. Car, aussi longtemps que cette affaire sera pendante par-devant la justice, il s'en suivra inéluctablement l'érosion de sa notoriété induite.

Peut-être que pour l'heure Mtn ne le ressent pas encore, aussi ne s'est-il pas astreint à donner suite aux interpellations conséquentes à lui adressées par le Conseil juridique de Letis Diva, Peut-être Mtn espère-t-il simplement se soustraire à des dispositions réglementaires régissant le droit d'auteur et, partant, la répression prévue dans le cas de quelque plagiat dûment constaté? Si tel est le cas, alors l'affaire est loin de connaître un aboutissement dans les prochains jours, sauf peut-être si les artistes faisaient front pour dénoncer un si grave abus de sa part, en se mobilisant pour la réparation du préjudice que Mtn fait subir à Letis Diva.

© Muna Dimbambe | Aurore Plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau