MONDE- CAMEROUN:QU´EST-CE QUI MET À L´ÉPREUVE LES COUPLES CAMEROUNAIS À L´ÉTRANGER?

La plupart des camerounais qui sont rentrées au pays épouser des camerounaises ont par la suite été abandonnées par ces dernières une fois arrivés en Europe.

Couple270814500

Il ressort du témoignage des camerounais expatriés qu'il y a une grande proportion de femmes camerounaises qui s'émancipent très vite une fois arrivées en Europe et abandonnent leurs maris. La proportion des hommes qui abandonnent leurs femmes étant apparemment plus faible.

Quelles en sont les raisons?

L'absence de la crainte de Dieu est à la racine de toute chose mauvaise. Si tous les coupes respectent les lois de Dieu en rapport avec la vie conjugale, ils seront stables. Et même s'ils ont des problèmes, ils sauront les résoudre. Or très peu acceptent d'appliquer les lois de Dieu, et laissent libre court à leurs désirs insensés, ce qui entraîne de nombreux désagréments. Dans certains cas, une fois arrivés en Europe, certains maris continuent à vivre avec leurs femmes à l'africaine, s'attendant à ce qu'elles soient femmes de maison, et obéissent à leurs maris sans discuter. Mais au fil des années, la femme camerounaise s'imprègne de la mentalité occidentale concernant les rapports mari et femme, et son attitude vis à vis de son mari change. Avant d'arriver en Europe, elle reconnaissait et acceptait qu'elle doit se soumettre à son mari. Mais en Europe elle est très vite confrontée a un autre discours. "La femme est libre de mener sa vie comme elle veut"; "La femme ne doit pas être soumise à l'homme"; "La femme a droit à sa vie privée"; "La femme a le droit de sortir et de rentrer quand elle veut, sans demander l'avis de son mari"; "La femme a le droit d'avoir des conversations privées, en présence de son mari, etc." Tous ces messages de finissent par la sensibiliser, et la transformer en une autre femme.

La femme soumise d'hier est devenue la femme émancipée qui sort et rentre quand elle veut, et qui répond à son mari n'importe comment, et qui se retire très souvent pour répondre au téléphone. Si en plus elle s'associe à des amies camerounaises atteintes par le virus de l'émancipation, elle ne pourra pas tenir longtemps dans le mariage. Celles-ci lui donneront ces conseils du genre: "sache qu'ici on ne tape pas sur la femme. S'il essaie, tu appelles la police et s'il récidive, tu demandes le divorce." Et bien souvent, le mari camerounais finira par en avoir marre un jour et commettra l'irréparable: gifler sa dulcinée, et c'est le divorce. Dans d'autres cas, le mari a des revenus modestes. Alors, il arrive que sa femme soit courtisée par ses propres amis ou des accostée par des européens qui désirent goûter à une noire. Ces derniers lui promettent à la femme mont et merveilles, tout en lui donnent beaucoup d'argent cash, alors que ce que le mari donne comme argent de poche est très insignifiant. Alors, la femme peu avisée peut penser que pour améliorer sa situation financière, elle ferait mieux de quitter ce pauvre, et hop!, c'est la rupture.

Dans d'autres cas, la femme qui épouse un africain de la diaspora, avant de quitter son pays, était déjà une femme frivole. Une fois arrivée en Europe, ce comportement prend de l'ampleur, en raison de l'esprit de luxure qui y prédomine et de la foultitude des offres de loisirs facilement accessibles. Le mari n'a été qu'un tremplin pour atteindre ses objectifs d'expatriation. Raison pour laquelle ce genre de mariage ne dure pas. La responsabilité des hommes est aussi fortement engagée. C'est eux qui, tout en étant mariés, séduisent les femmes des autres et leur promettent monts et merveilles, pour les détourner de leurs maris. Ils trahissent ainsi leurs femmes en entretenant des relations extraconjugales. Souvent aussi, ils maltraitent leurs femmes, les poussant dans leur dernier retranchement. Les mauvaises fréquentations, l'alcool et la prise de drogue rend certains maris déraisonnables, et ce genre de comportement peut amener une femme à envisager le divorce même si à priori elle avait beaucoup d'affection pour son mari dès le départ. Beaucoup n'ont pas compris que, quel que soit l'endroit où on vit, le cœur de l'homme ou de la femme reste le même, qu'ils soient blancs ou noirs.

Le changement de milieu entraîne une instabilité psychologique et de jugement. Se trouvant dans un environnement occidental, certains croient qu'il faut être frivole pour être à la mode et pour mieux profiter de la vie. Bien que la lubricité soit commune à tous les hommes de la terre, le monde occidental offre plus d'opportunités en terme de "d'excentricité", de loisir et de luxure. Ceux qui ne sont pas psychologiquement équilibrés ou dont la conscience n'est pas bien éduquée se laissent entraîner allègrement par cet esprit, ce qui cause toute sorte de dysfonctionnements dans les couples.

Je conseille aux jeunes femmes de la diaspora de rester fidèles à leurs maris, et de ne pas envier le luxe dont jouissent les femmes libres et qui arborent des tenues couteuses et ont des véhicules "dernier cri". Ce luxe cache bien des misères et des déceptions. Rien ne vaut l'ambiance chaleureuse du cadre familial. Bien sûr que si la vie de quelqu'une est en danger elle peux envisager une procédure quelconque pour se protéger. Mais il ne faut envisager le divorce que dans des cas extrêmes.

Aux hommes, je conseille d'aimer et d'affectionner leurs femmes. La femme est naturellement plus portée à aimer et s'attacher à l'homme, bien plus que l'homme ne l'est vis à vis de la femme. la plupart des femmes resteraient toujours fidèles à leurs maris si elles n'étaient pas trahies. Avoir un conjoint avec qui ont peut partager ses joies et ses peines est une bénédiction dont les hommes ne doivent pas se priver. Bien des fois, c'est l'affection que le conjoint développe pour le sexe opposé qui met à mal les couples. Je conseille donc à la femme de n'aimer que l'homme et non une autre femme, et que l'homme n'aime que la femme, et non un autre homme. Le corps de la femme a été fait pour donner s'accommoder à celui de l'homme. Pareillement le corps de l'homme a été fait s'accommoder avec celui de la femme. Par dessus tout, je conseille aux couples d'étudier et d'appliquer les conseils que Dieu donne dans la Bible. Ceux qui l'ont fait ont pu stabiliser leurs couples chancelants.

© Camer.be : Tetang Tchinda Josué

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau