Joakim Noah: "Je suis fier d'être camerounais... Je vais developper le Basket au Cameroun"

Le basketteur Franco-camerounais de la NBA explique pourquoi il séjourne au Cameroun depuis mardi dernier.

joakim-noah-2011-08-27-spokeo-002-thn-475.jpg

Vous revenez d'un long voyage en Chine où vous avez effectué un gala de charité organisé par le basketteur Yao Ming...

C'était vraiment bien de passer un peu de temps avec lui. C'est quelqu'un qui travaille beaucoup avec des enfants, pouvoir passer un peu de temps avec un gars comme lui me donne beaucoup de force et me permet aussi de pouvoir apprendre au mieux. Car, c'est quelqu'un qui fait un travail avec un super impact.

Visiblement c'est le même travail que vous comptez lancer au Cameroun...

Très bien. Mon grand père me dis toujours «je sais d'où je viens donc je sais qui je suis». C'est le début et je sais que quand je viens au Cameroun même si vous me voyez un peu clair de peau, je viens de différents endroits: ma mère est suédoise, ma grand-mère française et mon père est camerounais. Et quand je viens ici au Cameroun, je recharge mes batteries et ça me donne beaucoup de force. Et même si je ne suis pas là, je suis fier d'être camerounais et de pouvoir faire des choses avec des enfants. C'est quelque chose qui est important pour moi.

Parlez-nous justement de ce projet de quoi il est-il question?

Je suis un joueur de basketball, et c'est un sport qui commence à grandir ici au Cameroun. Je crois que c'est important qu'on fasse des camps et cours de basketball et qu'on apprenne de plus en plus aux jeunes la pratique de cette discipline maintenant. En tant que joueur évoluant au National basket Association (NBA), je crois que c'est ma responsabilité de pouvoir faire quelque chose de bien ici. Tel est mon but, essayé de faire bouger le basketball camerounais et de faire de bonnes choses ici au pays.

Quels sont vos rapports avec la Fédération camerounaise de basketball (Fecabasket)?

Pas grande chose, d'où l'importance de ma présence ici au Cameroun pour essayer de renouer ces contacts. Je vais travailler avec des gens d'Etoudi.

Comment ça se passe avec Luc Mbah à Mouté?

Luc est un super gars qui représente bien le pays même si... C'est la compétition. Je joue contre lui depuis que nous sommes à l'Université. C’est depuis que j'ai entre 18 et 19 ans que je joue contre lui. Mais je sais que c'est quelqu'un qui est vraiment à 100 % pour essayer de faire bouger le basket ici au Cameroun. Je sais qu'il a son camp ici et qu'il fait de bonnes choses. Je suis fier de lui.

Joakim, on a envie de vous demander qu'est ce que vous savez du basketball camerounais?

Pas grande chose, je sais que j'ai quelque chose que j'ai envie de faire chez moi à Etoudi avec mon grand-père, c'est pour cela que je suis aussi ici pour apprendre. C'est vrai que je ne suis pas toujours constamment ici mais l'un des buts pour moi ici c'est d'apprendre puis parler. La vérité c'est que je ne sais pas la raison pour laquelle je suis ici. Quand je viens normalement c'est pour passer du temps avec ma famille. Ça c'est ma priorité mais aussi d'apprendre et de faire quelque chose de positif pour le basket ici

Parlez-nous de votre carrière professionnelle en Nba qu'avez-vous fait contrairement?

C'était une saison difficile parce que notre meilleur joueur était blessé tout le long d'année. Je suis très fier de cette année parce que j'ai fait ma première sélection All Star cette année. Même si on a perdu contre le champion Miami, je crois que c'était une saison où nous avons montré beaucoup de cœur parce qu'on a eu beaucoup de blessés cette année. C'est le cas avec nos meilleurs joueurs. On a tout donné, je sais que les gens à Chicago Bulls sont fiers de cette équipe par ce que nous n'avons rien lâché, on a toujours tout donné pour y arriver.

Pour revenir à la NBA, il y a un Camerounais Kenny Kadji qui a raté le draft (repêchage)...

Kenny Kadji était dans ma Fac à l'Université. Je sais que c'est un bon gars. J'espère que les choses vont bien se passer pour lui. Même s'il n'a pas été drafté, je le connais depuis qu'il est tout petit, et j'espère qu'il va passer une bonne carrière même si je ne sais pas encore là où il ira, mais j'espère de belles choses pour lui.

Vous rêvez de remporter la NBA. Qu'est qui vous motive? Vous avez fait Anthropologie à l'Université, qu'est-ce que ça vous apporte aujourd'hui?

C'est vrai qu'apprendre les différentes cultures c'est quelque chose d'important pour moi. Mon objectif c'est de gagner un titre NBA et je sais que lorsque je reviens ici au Cameroun, ça me donne des forces par ce que je reviens avec des bonnes ondes dans ma tête et je suis avec mes gens, Mon peuple et ma famille. Je sais que quand je reviens d'Afrique, je rentre toujours avec cette force.

Comment va se dérouler concrètement votre projet sur le terrain?

Nous avons fait le court et travaillons avec une école et académie de basketball (Onyx basketball Academy). C'est un groupe qui est composé de plusieurs entraineurs, Il y aura d'enfants et on verra comment cela va se passer. C'est ma première fois de le faire, j'espère que lorsque cette phase sera terminée, on pourra encore faire des choses encore plus positives. C'est pour moi une façon de travailler progressivement et ceci à long terme. Avec l'expérience je crois qu'on va pouvoir faire quelque chose de vraiment bien.

© GUY HYACINTHE OWONA |source: mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau