Innovation: Un Camerounais invente un jeu vidéo

C'est au sortir de la conférence de presse donnée la semaine dernière que MADIBA Guillaume Olivier, promoteur de Kiro'o Games a bien voulu répondre à nos questions.

Pour nos nombreux lecteurs, qui est Madiba Guillaume Olivier?

Je suis Né le 10 Octobre 1985 à Douala, j'ai fait mes études primaires à Yaoundé au Centre éducatif d'Ekoudou Bastos et mon secondaire à Douala où j'ai obtenu un baccalauréat C au lycée Joss de Douala. J'arrive à l'Université de Yaoundé I, où je passe une année en mathématique pour finalement m'orienter en filière informatique où j'obtiens ma licence en 2009. Polyvalent, je suis à la fois scientifique et littéraire et je publie mon premier roman Jour et Nuit, un conte initiatique en 2009. En 2007, à 22 ans, face aux difficultés locales et le manque de perspectives en fin de formation pour les étudiants camerounais, je monte sans financements (capital de départ 25 000 FCFA) avec des camarades de FAC, notamment «NGUIEBOURI Mamia Patrick» le Groupe MADIA (nom issu d'un jeu de mot entre MAMIA et MADIBA) constitué à ce jour d'une Association et d'une Entreprise dont le but est de promouvoir l'informatique et l'Internet utile pour l'Afrique. Après 5 années à me forger sur le terrain difficile de l'entreprenariat camerounais, j'ai décidé de lancer le groupe MADIA sur les traces de mes premières vraies ambitions: positionner l'Afrique sur le secteur des jeux vidéo. Pragmatique et stratégique, mon équipe à analyser une panne et un besoin de créativité actuelle du secteur, ainsi qu'une forte tendance à la délocalisation et aux investissements dans les zones du tiers monde de la part des acteurs du monde vidéo ludique (éditeurs, studios, etc.) qui veulent alléger les coûts de production.

Qu'est ce qui a motivé la création du jeu vidéo Kiro'o fondé sur la culture africaine?

L'idée de «Kiro'o» nous est venue en fin d'année 2012 alors que nous nous apprêtions à lancer la communication sur notre jeu amateur AURION. Nous avions fait une veille et nous avons pensé à créer un nouveau genre (au même titre que la science fiction, le médiéval, etc.) pour combler un besoin d'innovation de l'industrie du jeu. Au début on voulait juste faire de l'African-fantasy (par analogie à l'heroic-fantasy) où on magnifie visuellement les folklores de nos traditions. Mais nous avons alors pensé que notre genre serait juste un genre divertissant parmi tant d'autre il nous fallait aller plus loin. C'est de là que l'ambition de faire un genre divertissant mais à haut caractère inspirant nous est venue. On a donc décidé de créer des jeux inspirés des «Contes de Vision Spirituelle» africains, ce qui donne «Kiro'o Tales» car Kiro'o est un diminutif de «Kiroho Maono» en swahéli qui signifié «Vision spirituelle». Nous avons choisi le jeu vidéo car nous sommes des passionnés de jeux comme la plupart des jeunes de notre âge, l'envie de faire du jeu est né en moi particulièrement depuis que j'ai 14 ans, mais je m'y suis vraiment mis à 17-18 ans en devenant informaticien avec ce but en tête. De plus, il est difficile de transmettre les valeurs africaines et humaines à la masse de la jeunesse camerounaise et africaine car le livre n'a pas réussi son intégration dans les habitudes communes. Pourtant les jeunes africains jouent tous dès qu'ils en ont l'occasion malgré les difficultés. Ce serait donc le moyen par excellence de semer les graines des valeurs africaines en eux.

Comment a été crée le jeu vidéo Kiro'o?

Je profite pour rappeler que le jeu du projet est «AURION» et pas Kiro'o, je sais que des personnes vont confondre souvent (rire). Le jeu actuel est une maquette amateur, il ne s'agit pas encore du «vrai jeu» que nous comptons réaliser. Le projet AURION est vieux de 10 ans et a connu plusieurs versions lors de nos tentatives de maîtriser le Game Design. La version réalisée a été faite sur le temps libre (très réduit) du promoteur et des bénévoles qui l'ont rejoint au fil du temps. Nous espérons le sortir en mi 2014 si nous levons les fonds dans le timing prévu.

Quels sont les objectifs visés?

Notre plan et stratégie est étalé sur 4 ans à partir de 2017. A court terme (2013-2014): créer le Kiro'o Tales sous la forme d'un livre et créer le premier jeu AURION qui montre le potentiel appliqué. A moyen terme (2015-2017): Faire entrer le Cameroun et l'Afrique par la grande porte en déclenchant l'industrie du Kiro'o sur tout le continent. Sur le long terme: nous avons déjà des bases de projets innovants, comme de nouveaux types de jeux dont nous parlerons en temps opportuns.

Ne craignez-vous pas la piraterie?

Grâce à notre veille sectorielle, nous avons remarqué qu'un jeu piraté est un jeu qui marche d'abord. Du moins les pirates ne s'intéressent souvent qu'à des super productions. Dans une certaine mesure le piratage nous servirait même de coup de pubs au vu de l'intérêt que le jeu aura suscité pour être ciblé. Toutefois, les éditeurs de jeux et les sites web de ventes en téléchargements prennent de plus en plus de mesures pour éliminer cette possibilité, les nouvelles générations de consoles et d'outils de création seront très regardantes sur le sujet et diminueront cette possibilité. Notre prix de vente en local (Afrique) sera aussi équivalent au prix de vente des jeux piratés d'ailleurs (voir même moins cher) donc nous pensons que les joueurs préféreront vraiment l'original pour bénéficier de plusieurs avantages de supports techniques et de produits complémentaires.

De quelle nature a été le soutien dont vous avez bénéficié aussi bien auprès de l'administration que de vos partenaires?

Nous avons bénéficié de l'énorme soutien technique du Ministère des Arts et de la Culture, dont l'équipe très dynamique et guidée par S.E Mme AMA TUTU MUNA nous a coaché pour l'organisation de l’événement, afin que le dernier transparaisse du sérieux de la nouvelle dynamique du Cameroun émergeant. Nos partenaires aussi nous ont beaucoup aidés en parlant de nous et en nous soutenant par leurs conseils et expériences.

@Source: La Nouvelle Vision

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau