Hamadou Hamidou: «Le festival est un moyen de grande cohésion des peuples »

 

Le promoteur du festival «Yelwata Maroua 1er» édition 2012, déballe les innovations et les différentes articulations de cet évènement culturel qui se tient du 27 au 31 décembre prochain à Maroua.

C’est la troisième édition du festival " Yelwata Maroua 1er" parlez nous de cette autre édition en terme d'innovations?

En quelques mots, les innovations se trouvent dans la diversité des artistes que nous allons recevoir. En plus des artistes camerounais comme COCO Argenté, Lady B., et tous les artistes et groupes sahéliens, nous aurons des artistes venus du Nigeria, du Soudan, du Tchad. Nous aurons également parmi nous les autorités de l’Etat voisin de Borno State du Nigeria. Cette année nous allons bénéficier de la grande collaboration technique et logistique de l’Alliance française de Garoua, la sécurité sera renforcée et le village du Festival a lui aussi subi des aménagements afin de rendre plus confortables les activités des partenaires exposants et le confort des visiteurs. Ces efforts d’innovation, nous les ferons chaque année dans la mesure de nos moyens et on ne le dira jamais assez, les contributions des partenaires demeurent une bouffée d’oxygène pour l’évènementiel comme « Yelwata Maroua 1er ».

Vous avez thématisé cette 3ème édition " la culture : socle de développement de Maroua 1er". Pourquoi cette thématique? A quoi renvoie-t-elle ? est- ce à dire que le développement de la ville Maroua passe par la culture?

Vous avez tout compris, je pense qu’une commune qui ne peut pas aussi compter sur son patrimoine culturel pour se développer doit revoir sa copie. Nous sommes au Cameroun, un pays riche en culture et en art et cette diversité culturelle devrait être la vitrine des collectivités décentralisées que nous sommes. Il n’y a que cette culture là qui nous restera lorsque nous aurons tout perdu. Le touriste qui vient dans la Commune de Maroua 1er vient découvrir ce qu’elle offre d’originel. L’originel pour ma part n’est pas ce qui est venu d’ailleurs, au contraire c’est ce que nous ont légué nos ancêtres et cela ne peut se trouver que dans notre patrimoine artistico-culturel. En tant qu’élu, j’ai la responsabilité de donner une visibilité à ce patrimoine qui malheureusement tend à être négligé chez nous. Ceci reste un challenge mais un challenge exaltant parce qu’il s’agit de donner vie à ce que nous avons de plus cher, le valoriser et en faire le moteur de développement de la Commune. Allez-y ailleurs en Afrique de l’Ouest par exemple voir comment la culture peur être source de richesses. Si cela a été rendu possible là-bas pourquoi pas chez nous ? Nous avons une riche diversité culturelle que nous devons mettre au service du développement de la Commune et nous-nous y attelons.

Quels sont les activités prévues pour cette nouvelle édition de Yelwata 2012?

Pour cette troisième édition du Festival « Yelwata Maroua 1er » il y aura à voir et à revoir. Des danses traditionnelles d’ici et d’ailleurs, des prestations de Griots, la parade des mannequins, des élections Miss et master, le concours de la chanson, l’Humour, la fantasia, la lutte traditionnelle, des courses hippiques, une exposition d’objets artisanaux et patrimoniaux, une foire vente promo des entreprises, des soirées de concert de musique et bien d’autres prestations. Il faudra être là pour voir.

Un festival implique un rassemblement.Pensez-vous que ce sera un moyen de grande cohésion ?

Le festival des Arts et de la Culture « Yelwata Maroua 1er » est, à n’en point douter, un moyen de grande cohésion des peuples du Nord, du Sud du Cameroun et ceux venus d’autres Pays. C’est d’ailleurs l’idée maîtresse qui motive l’organisation de tout évènement culturel de cette envergure. C’est un rendez-vous du donner et du recevoir qui permet à différents peuples d’échanger dans les domaines culturels, artistique et commerciaux. Ce pari est d’ailleurs réussi depuis la première édition en 2010 qui avait rassemblé près de 15 000 personnes, en 2011 au moins 50000 personnes et nous comptons en recevoir plus à cette troisième édition. «Yelwata Maroua 1er» c’est l’espace où tout le monde cesse d’être Monsieur ou Madame tel…. Pour devenir festivalier tout court et parler le même langage, celui du développement. C’est l’une des rares occasions où le Maire et ses Conseillers dansent sur un podium avec tout le monde, un moment de grande communion pour tout dire.

Quels sont vos attentes pour cette nouvelle édition?

Mes attentes pour cette troisième édition sont grandes. Que les autres Communes de la ville de Maroua s’impliquent parce qu’il s’agit désormais d’un évènement de toute la ville de Maroua qui ne devrait plus rester la seule affaire de la commune de Maroua 1er même si l’initiative est de nous, que les entreprises citoyennes nous accompagnent, Que Madame le ministre de la Culture préside la cérémonie d’ouverture, que les différents acteurs de la culture de la ville de Maroua s’y engagent avec beaucoup de détermination, que les médias en parlent et surtout qu’à partir de cette troisième édition, les fruits et retombées de cette noble initiative soient palpables et visibles par les populations de notre Commune. C’est un défi mais nous allons le relever malgré les difficultés diverses auxquelles nous sommes confrontées.

Écrit par Entretien mené par Audrey Mama, stagiaire La nouvelle expression

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau