Gabon : Trois lesbiennes incarcérées pour agression sur une femme réfractaire à l’homosexualité

lesbiennes300x300-1.jpg

Trois demoiselles connues comme étant des lesbiennes, Morgane Angoung, 37 ans, Cynthia Bony, 28 ans, et Nadine Ngombi, 35 ans, toutes de nationalité gabonaise, ont été placées en détention préventive, la semaine dernière, à la prison centrale de Libreville pour agression sur une demoiselle qui a rejeté leurs avances.

Incroyable mais vrai. Après l’affaire de Lambaréné, c’est autour de Libreville, la capitale gabonaise d’enregistrer le phénomène d’agression contre les filles ayant refusé les avances d’un groupuscule de lesbiennes.

Les faits se déroulent au quartier Beau-séjour, dans le 5e arrondissement de Libreville, où une demoiselle nommée Nadège Claire K-D, 27 ans a été violemment passé à tabac par ces bourreaux, trois autres filles présentées comme lesbiennes.

Selon une source judiciaire, relayé par le quotidien l’Union, les trois perverses auraient agressé cette dernière après que celle-ci ait refusé de céder à plusieurs reprises aux déclarations d’amour et autres harcèlement sexuels de la part de mademoiselle, Morgane Angounag, 37 ans présentée comme le cerveau de la bande de lesbiennes. D’après la source, les trois jeunes femmes et leurs acolytes, deux garçons ont frotté à leur victime du piment, à la bouche, aux yeux et dans les parties intimes. « Ils m’ont tapée, frotté du piment partout. Ils m’ont également coupé les cheveux et m’ont laissée nue », a avancé la victime.

La jeune femme n’aurait eu la vie sauve que grâce à l’arrivée de son frère aîné, informé de ce qui lui était arrivé. Sur place, celui-ci l’a trouvée sans ses vêtements, ceux-ci ayant été déchirés par ses bourreaux. L’histoire remonte en effet en mars 2013, lorsque la victime exprime son désir d’acheter un fond de commerce. C’est ainsi que Morgane Angoung, la chef de fil va proposer à Nadège Claire K.D, son snack bar situé au Beau-Séjour au montant de 1.300.000 FCFA. Le marché ayant été conclu, Nadège Claire fait une avance de 700.000 promettant de solder sa dette dès le lancement des activités de l’établissement.

Toutefois, Morgane Angoung aurait demandé à la nouvelle propriétaire de la garder gérante qu’elle présentait comme jeune fille serviable et affable vis-à-vis des clients. Mais les problèmes auraient éclaté entre elles, après que Nadège Claire ait découvert qu’elle avait à faire à des lesbiennes et renoncé à la transaction passée un mois plus tôt. L’affaire aurait viré au cauchemar après que Nadège Claire ait demandé le remboursement de la somme versée pour l’acquisition du fonds de commerce.

Déçue par l’attitude de la nouvelle propriétaire qui a refusé ses avances, Morgane Angoung va finalement en complicité avec Cynthia Bony, Nadine Ngombi et deux jeunes hommes Aubin Brice Iguimba et Yannick Etenot faire passer un sale quart d’heure à Nadège Claire le lendemain après lui avoir fixé un rendez-vous pour la restitution d’argent versé auparavant. Agissant sur la base d’une plainte déposée par la victime, la Direction Générale des Recherches de la gendarmerie nationale (DGR) a interpellé les lesbiennes et leurs complices présentés mardi dernier au parquet de Libreville. Ces derniers ont été placés sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville en en attendant leur jugement.

© Source : Infos Gabon

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau