Droits d'auteurs: Roméo Dika suspendu de la Socam

L’artiste radié le week-end du conseil d’administration de la société de Droits d’auteurs pour non justification de moyens mis à sa disposition.

romeo-dika.jpg

Dans le feuilleton à rebondissements des droits d’auteurs au Cameroun, on a assisté ce week-end à un nouveau coup de théâtre. Au cours d’un conseil d’administration de la Société civile camerounaise de l’art musical (SOCAM) vendredi dernier à Kribi, Roméo Dika a été radié dudit conseil. L’artiste est également suspendu pour deux ans comme membre de la SOCAM pour « faute lourde », selon le communiqué final des travaux. En termes de faute lourde, il lui est reproché « l’absence de tout rapport technique et de toutes justifications de l’utilisation des moyens financiers affectés à leur exécution sur les missions confiées ». Concrètement, il aurait reçu de l’argent pour certaines tâches, près de 44 millions F sur un an, sans pouvoir expliquer à quoi cette somme a servi.

« Sa radiation est la conclusion logique d’un processus entamé par une interpellation du PCA que je suis et des autres membres du Conseil à son endroit. Sans succès. Il a également été sommé par voie d’huissier», affirme Odile Ngaska, présidente du Conseil d’administration de la SOCAM. Il n’est donc pas question pour cette dernière de parler de chasse aux sorcières. « Les autres administrateurs ont présenté leurs rapports. Il est le seul qui n’a pas pu s’expliquer », précise-t-elle. 13 administrateurs sur 15 ont pris la décision de radier Roméo Dika. Ils ont également demandé l’ouverture de poursuites judiciaires à son encontre. Joint hier au téléphone, le concerné a affirmé qu’il s’exprimera demain à ce jeudi mardi, « après une rencontre avec la tutelle ».

Mais cette question n’aura pas été la seule à l’ordre du jour du 16e conseil de la SOCAM. Les administrateurs se sont en effet prononcés, « au vu de leurs bons comportements », selon Odile Ngaska, pour la levée des sanctions prises à l’encontre de certains artistes lors de la session de mars 2012. Des blâmes, des suspensions et des amendes avaient été donnés à cette occasion. On retiendra également de la rencontre de vendredi, l’examen et l’adoption du budget de la SOCAM pour l’exercice 2013. Un budget de près d’un milliard de F qui aidera notamment à restructurer la société, à lutter contre la piraterie, à élargir l’assiette de perception et à régler la question des téléchargements des opérateurs de téléphonie mobile.

© Josiane R. MATIA | Cameroon Tribune

Commentaires (1)

1. MARCEL PIEBOJI PIEBOJI (site web) 20/02/2013

Vous aussi vous croyez qu'un monsieur aussi dodu que Romeo Dika tire ces moyens de luxe ou, posez vous cette question et vous trouverez la réponse

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau