Colonies de vacances: De jeunes camerounais à l'école de l'exploration

Ils sont environ une centaine entre 11 et 16 ans qui, sous la bannière du Ministère du Tourisme et des loisirs, mettent leur trêve scolaire à profit en visitant quelques régions du pays.

Jusqu'ici, l'emploi de l'expression «colonies des vacances» donnait toujours à penser qu'elle n'était propre qu'à quelques privilégiés. Que non! Le commun des Camerounais devrait désormais s'y faire. Du moins, depuis cette année avec l'initiative prise ces vacances par le Ministère du Tourisme et des Loisirs (Mintoul), en synergie avec la Fondation espagnole Itaka pour permettre aux jeunes élèves de nationalité camerounaise des parties septentrionale et du Sud du pays, de goûter aux délices des colonies de vacances.

La première du genre, qui officiellement a été lancée le mercredi 10 juillet dernier au cours d'une cérémonie présidée par le patron dudit département ministériel, Bello Bouba Maïgari. A cet effet, le thème de ces initiatives en deux phases (la première qui a cours en ce moment à Ebolowa, et la seconde prévue à Ngaoundéré du 27 juillet au 7 août prochains) est: «Vacances utiles et agréables chez nous au Cameroun». Depuis mercredi dernier, la cinquantaine de premiers jeunes de la partie septentrionale se livre pour la première fois, à l'exploration de la région du Sud, et notamment de la capitale régionale Ebolowa.

Parmi cet effectif, uniquement du «grand Nord», on compte 15 jeunes issus de l'Extrême-Nord, 12 du Nord et 10 en provenance de l'Adamaoua. Pendant une dizaine de jours, ces élèves qui se sont distingués par de bons résultats scolaires durant l'année, se livreront à des animations, des jeux, du sport et des ateliers de formation dans divers domaines. Le tout sous la conduite des moniteurs et encadreurs qualifiés pour ce type d'activité. Il est question pour les initiateurs à travers ce coup d'essai «d'offrir aux jeunes des loisirs sains et éducatifs, à travers des vacances attrayantes et récréatives».

Mais davantage de développer la culture des loisirs et promouvoir le tourisme interne; promouvoir l'épanouissement individuel à travers les activités socioculturelles et sportives; lutter contre l'oisiveté; promouvoir l'excellence scolaire et surtout lutter contre la délinquance juvénile.... Au terme de cette première manche, cinquante autres jeunes du «grand Sud» prendront le relai dès le 27 juillet pour remettre ça, mais à l'inverse. C'est plutôt dans l'Adamaoua et précisément à Ngaoundéré que ceux-ci, âgés entre 11 et 16 ans déposeront leurs valises.

© Yannick Kenné | L'Actu

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau