Cameroun - Musique: Sergeo Polo en communion avec la presse

L’artiste a réuni les journalistes jeudi 20 mars 2014 dans un restaurant de la ville de Douala pour leur présenter ses vœux et son nouvel album, sorti en 2013. «Carte postale» est le titre du nouvel album de l’artiste musicien Sergeo Polo.

Sergeo polo 2010 hp 475

Il l’a une fois de plus présenté jeudi 20 mars 2014 au cours d’une rencontre avec la presse, qu’il a voulu convivial. Lors de cet échange, l’artiste a présenté ses vœux à la presse camerounaise qu’il dit l’avoir accompagné depuis le début de sa carrière il y a 15 ans. Il en a profité pour demander pardon à celle-ci pour ses écarts de conduites. C’était la jeunesse, explique-t-il, avant d’ajouter, «aujourd’hui, je suis entouré d’une équipe de professionnels qui pense à internationaliser ma carrière. Je n’ai plus le droit à l’erreur». L’artiste se dit désormais plus disposé à accueillir les critiques. Il a même donné un mini spectacle à ses convives pour leur permettre d’apprécier l’album «Carte postale». Un album de 9 titres, fruit de plusieurs collaborations.

On y retrouve des voix de Kaïssa Doumbè Moulongo et de l’Ivoirien Soum Bill. Toutes les chansons, précise l’auteur de l’album, sont écrites par lui-même, sauf le titre «Ali Baba Forvever». La «Carte postale» du désormais roi Polo 18, s’ouvre par le titre «Efforts personnels». Une ode très enlevée à l’effort. L’artiste cite d’ailleurs en exemple des personnalités comme Samuel Eto’o Fils, Richard Bona etc qui sont partis de rien pour se hisser très haut. Dans le titre, «Mon cœur bat pour toi», le fils de Deïdo est dans son registre. Vocalement très à l’aise, les paroles coulent de source. Normal car, «c’est toi qui me fais vibrer». Le titre qui donne le nom à l’album est une caresse pour les oreilles. L’artiste partage les paroles d’amour de cette chanson avec son collègue ivoirien, Soum Bill, un artiste très engagé du pays d’Houphouët-Boigny.

Kaïssa Doumbè Moulongo

Sur la plage 5 de l’album, Sergeo Polo s’érige en défenseur inconditionnel de la femme contre «l’homme infidèle». Son mari a trop changé. Plus de bisous, ni de «je t’aime» et pour couronner le tout, au lit c’est le coma. Les plaintes de cette femme malheureuse semblent avoir de l’effet sur les autres chansons. Les titres «Bidiman ni oli», «Wasse nye bode» et «Fanny (sans son visa)» sonnent un peu redondants. Heureusement, le duo «je t’embrasserai» avec Kaïssa Doumbè Moulongo vient réveiller l’auditeur. Ainsi que l’hommage à Ali Baba, qui sort un peu de l’ordinaire. Au total, 59 minutes 57 secondes pour 9 titres chantés en fufuldé, anglais, haoussa, ewodi et duala sur des rythmes variés (makossa, slow etc.). Il saute aux yeux que les chansons sont très longues. La plus courte dure 5 minutes 22 secondes et la plus longue, 7 minutes 31 secondes. Pas évident pour l’auditeur qui, quelquefois, peut s’ennuyer. Pour cet album qui consacre ses 15 ans de carrière, Sergeo Polo s’est entouré de grands noms tels Guy Nsanguè (Basse), Manulo (Guitare), Simolo Katongui (Batterie, Congas et percussions), Aubin Sandjo (clavier), Alain Oyono (Sax) Yves Duray (Flûte), David Tayorault (arrangements) etc. Il a été enregistré dans les studios, Melissa à Paris, Makassi à Douala au Cameroun et Marcadet. Ambroise Mvoundi signe le mixage et Sergeo Polo, la Production, pour SP association.

© Adeline TCHOUAKAK | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau