Cameroun - Major Asse (Humoriste): «Je me suis marié donc que les gens arrêtent de raconter des choses sur moi»

"Je n’ai rien contre les homosexuels, ils ont fait le choix de l’être, alors, au moins par respect pour la personne humaine, qu’on les laisse dans leur choix. Moi Major, j’ai deux superbes filles et je suis marié à une très charmante créature."

Major asse marie7 006 ns 600

Cette date restera à coup sûr gravée dans sa mémoire. Patrice Major Eloundou Asse survolait en juste noce avec sa dulcinée le 25 janvier dernier, à la Mairie de Yaoundé II à Tsinga, devant le maire Simon Ongola.

Entre émotions et sentiment d’un devoir bien accompli, Major espère aussi faire taire ses nombreux détracteurs, sur sa prétendue traversée vers l’autre «rive»…

Bonjour Major, bel anneau sur votre annulaire gauche, en passant…

Merci très cher, merci également d’être venu nous rendre une petite visite, dommage que mon ange ne soit pas encore rentrée du boulot, parce qu’effectivement nous nous sommes unis il y a deux mois.

Son prénom…

Elle se prénomme Frida, la plus belle de toutes les Frida. Ce n’est pas pour faire des jalouses hein…

Ça on l’imagine bien… Nous savons que vous vous êtes connus il y a un bon bout aujourd’hui, il faut reconnaître que le succès n’a pas eu raison de votre idylle !

Ah, ça c’est sûr. Nous nous sommes connus il y a de cela dix ans, j’étais à l’université de Yaoundé I où je faisais Lettres Modernes Bilingues et elle bossait déjà tout en étant étudiante. Je dois préciser qu’elle m’a beaucoup soutenu à cette période. Par la suite, elle a perdu son boulot, il y a eu pas mal de péripéties, nous nous sommes retrouvés dans la maison familiale (chez les miens), on vivait avec juste 200 francs par jour, elle a cru en ce que je fais aujourd’hui, elle a beaucoup nourri ma création et m’a supporté même quand ça n’allait pas, donc je dirais que Dieu n’est pas fou hein, quand il vous envoi quelqu’un, c’est pour vous accompagner, vous illuminer, vous éclairer le chemin. Nous avons fait deux magnifiques filles, contre vents et marées. Vous imaginez bien ce que la belle famille pouvait penser du jeune homme qui n’avait rien etc. Elle a vécu tout ça et après, le succès est arrivé. Je pense que c’est une récompense qui nous est tombée dessus à tous les deux et il aurait été très ridicule que j’aille chercher une autre, même si je l’avoue, il y en a eu pas mal entre temps, des passages à vide également. Mais là, je pense sincèrement que c’est la femme qui mérite la bague que je lui ai offerte.

On vous a vu verser beaucoup de larmes ce fameux jour à la Mairie, alors que vous plaisantiez des moments qui ont précédés l’échange des anneaux…

C’est juste qu’il m’est souvenu que trois jours avant mon arrivée au Cameroun pour mon mariage, je ne me rendais véritablement pas compte de l’ampleur de la chose. Avant ce jour, elle et moi avions passé de bons moments à Limbé et à Kribi et tout… La matinée du mariage, alors que j’étais déjà prêt, j’ai remarqué qu’elle tremblait beaucoup et qu’elle ne s’était pas habillée. J’ai dû l’aider à mettre sa robe et quand on était à la mairie, attendant dans la voiture, à un moment elle a voulu sortir.

A ces moments, l’émotion l’avait envahi et elle n’arrivait plus à la contenir et moi je jouais le consolateur, le régulateur d’émotions (rire). Sauf que quand elle a soulevé la bague et a dit: « Je te mets cette bague, toi Asse Eloundou Patrice Major que je connais depuis 10 ans et non à Major Assé la star et je voudrais m’adresser à toutes mes copines dans la salle, ne perdez pas espoir, car ce monsieur, si je n’avais pas été patiente je n’aurais pas eu le résultat d’aujourd’hui. La patience a payé, croyez en vos gars, même s’ils n’ont rien au début, ça ne veut pas dire qu’ils ne réussiront pas un jour».

Ah ça, croyez-moi, je ne pouvais plus retenir mes larmes. Toutes ces années de souffrance ont défilé dans ma tête et j’ai éclaté en sanglots. Ces mots m’ont pénétré au plus profond, c’était tout simplement incroyable. La fête était belle, je puis vous dire que j’ai même passé trois jour dans le coma (rire), j’étais très content.

Une rumeur a circulé pendant un certain temps, disant de vous, un homosexuel…

(Il coupe) Ce que je dirai à «mes copines» qui m’ont toujours soutenu, j’espère que ce mariage officiel va au moins refaire l’image de votre humoriste préféré. Vous savez, nous sommes dans un pays où les préjugés l’emportent haut la main sur la vérité. Il y a peut-être aussi que les gens n’ont pas trop la culture du théâtre. Alors, pour peu que vous incarnez un rôle ou un personnage, on dit de vous que vous avez viré de l’autre côté etc. Dire que je suis homosexuel? Peut-être alors que je suis un homosexuel qui préfère les femmes, si c’est ce qu’ils veulent dire (rire). Non, mais sérieusement, il faudrait qu’à un moment, on arrête un peu de dire ci ou ça, même si c’est pour saboter, il y a d’autres méthodes. Je n’ai rien contre les homosexuels, ils ont fait le choix de l’être, alors, au moins par respect pour la personne humaine, qu’on les laisse dans leur choix. Moi Major, j’ai deux superbes filles et je suis marié à une très charmante créature.

Un message à vos fans, vos «copines» ?

Mes copines oooooh, faites gaffe. Cette année 2014, mariez-vous toutes, ne donnez plus le lait au «vient-on reste», pardon ooooooh!

Major asse marie7 007 ns 600

© Daniel NGOH | Cameroon-Info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau