Cameroun: Le coup d’accélérateur de la diaspora en faveur de l'agriculture de seconde génération

Réunis depuis jeudi à Yaoundé dans le cadre de la 6è édition du Davoc, les Camerounais de l’étranger développent leurs idées avec le gouvernement.

Ils viennent de France, de Russie, de Belgique, d’Allemagne, de Chypre, d’Afrique de l’Ouest, du Brésil, du Canada … Ils sont tous membres de la diaspora camerounaise établie hors de nos frontières. Depuis hier, ils sont réunis dans la salle des huis clos du palais des Congrès de Yaoundé dans le cadre de la sixième édition du forum Draw a vision of Cameroon (Davoc), sur le thème « Accélérer le passage à l’agriculture de seconde génération : l’apport de la diaspora. »

En ouvrant les travaux hier au nom du chef de l’Etat, le ministre des Relations extérieures (Minrex), Pierre Moukoko Mbonjo, a salué « le dynamisme de ces filles et fils du Cameroun qui vivent à l’extérieur des frontières nationales, qui n’oublient pas leur patrie et qui tiennent à apporter leur participation et leur contribution active et positive au développement de notre pays. » Le Minrex a rappelé le contexte de mondialisation caractérisé par une compétition internationale sans merci et qui a permis « au cours des dernières décennies que plusieurs pays, hier en voie de développement, sont arrivés à la phase de la pleine émergence avec une contribution déterminante de leur diaspora. »

Il a cité pour exemples la Chine, l’Inde, le Népal… Mais surtout, Pierre Moukoko Mbonjo a indiqué que le Cameroun a engagé, sous l’impulsion du chef de l’Etat, et ce dans le cadre du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce), un vaste chantier de projets structurants qui touchent tous les secteurs de la vie nationale, avec en bonne place, le secteur agricole qui constitue un pilier de notre économie.

Des chantiers dans lesquels « le Cameroun sait pouvoir compter sur l’implication fructueuse de sa diaspora », a relevé le Minrex. Il a pour cela rappelé la détermination affichée par le chef de l’Etat, Paul Biya lors du Comice agropastoral d’Ebolowa de faire passer l’agriculture camerounaise à un autre stade : une agriculture de seconde génération. « Que la diaspora camerounaise s’intéresse à ce secteur, est rassurant pour l’avenir », a-t-il indiqué, satisfait. Pour le Minrex, la thématique du forum est le signe manifeste « que notre diaspora prend en compte de manière très fine, les préoccupations de notre économie. »

Il a dès lors appelé tous les acteurs de la vie nationale à apporter tout le concours nécessaire à la diaspora camerounaise pour lui permettre de réussir dans ce domaine. Il a, au nom du chef de l’Etat, rassuré sur l’appui du gouvernement en la matière. Avant le ministre des Relations extérieures, c’est le coordonnateur du Conseil exécutif du Cameroonian Skills Abroad Network (Casa-Net), co-organisateur du forum avec les pouvoirs publics, Jérôme Monteu Nana, qui a pris la parole pour dire la disponibilité de l’ensemble des membres de la diaspora camerounaise à œuvrer positivement à l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035.

Il a remercié les pouvoirs publics pour tous les appuis nécessaires apportés à l’organisation de ce forum qui se tient pour la 2è fois au Cameroun. Après l’ouverture solennelle, qui se déroulait en présence de nombreux membres du gouvernement, les travaux ont continué au sein des ateliers thématiques parrainés par les départements ministériels en charge des questions économiques. On y retrouvait les ministères de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, de l’Agriculture et du Développement rural, du Commerce, de l’Emploi. Le forum s’achève ce jour.

Les participants au Davoc 2013 autour des membres du gouvernement.

Pr. Pierre Moukoko Mbonjo, ministre des Relations extérieures: «Une initiative louable» « Par rapport à l’intérêt que la diaspora camerounaise apporte au développement de notre pays, le chef de l’Etat, S.E Paul Biya a toujours invité nos compatriotes qui sont installés à l’étranger à venir se joindre aux efforts de leurs frères et sœurs qui vivent au Cameroun pour accélérer le développement de notre pays.

C’est donc par rapport à cet intérêt que je suis ici aujourd’hui pour manifester le soutien que le gouvernement apporte aux efforts très louables que nos compatriotes de la diaspora déploient pour poser leur pierre à l’édification d’un Cameroun, prospère et plus spécialement dans le domaine si important qui est celui de l’agriculture et du secteur agropastoral. Il faut leur rendre hommage parce qu’ils ont consenti beaucoup de sacrifices pour venir des différents pays où ils vivent. Le thème qui a été choisi par eux correspond aux préoccupations de l’heure du gouvernement. Le comice agropastoral d’Ebolowa a été l’occasion pour le chef de l’Etat de tracer les grandes lignes de ce qu’il a appelé « une agriculture de deuxième génération ». Nous nous réjouissons de l’intérêt et de l’écho favorable que cet appel a eu auprès de nos compatriotes de la diaspora. »

© Jean Francis BELIBI | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau