Cameroun - Initiatives: Ama Tutu Muna veut faire renaître le cinéma camerounais

Le Ministre des Arts et de la Culture a fait part de son projet au cours du conseil de cabinet pour le compte du mois de juillet 2013 à l'Immeuble Etoile à Yaoundé.

C’est décidé! Le gouvernement camerounais ambitionne de renouer avec les salles de cinéma sur l'ensemble du territoire camerounais. Au cours du conseil de cabinet pour le compte du mois de juillet 2013, Ama Tutu Muna, Ministre des Arts et de la Culture a dévoilé son projet de faire renaître le cinéma camerounais de ses cendres. Tel qu'annoncé au journal de six heures sur les antennes du Poste national jeudi le 1 août 2013, le Ministre a recommandé la synergie des actions entre son département ministériel et les autres administrations en charge de la formation et des finances.

Ama Tutu Muna voudrait amener les populations à consommer camerounais après avoir relevé les défis de la qualité. La Minac annonce, en plus que l'ancienne cinémathèque, logée au sous-sol du Ministère de la Communication sera réhabilitée. La déclaration est très applaudie par son auditoire. La dame s'est ainsi exprimée après avoir fait un bilan au sujet de la descente aux enfers des grandes salles de cinéma survenu depuis 2003, telles «Le Paradis», l'une des plus belles salles de la cité économique dotée d'un écran géant dolby stéréo, ou encore «Le Berlitz», «Le Grand Canyon» aux allures imposantes qui embellissait le lieu-dit dernier poteau. La nouvelle ministérielle arrive à point nommé car la culture se meurt au pays de Paul Biya, qui, paradoxalement, commémore la journée internationale du Théâtre, chaque 27 mars. C'est à Vienne en 1961 qu'une journée a été instituée au cours du 9ème Congrès mondial de l'institut International du Théâtre.

Sur la proposition de Arvi Kivimaa, au nom du Centre finlandais. Son but est d'encourager les échanges internationaux dans le domaine de la connaissance et de la pratique des Arts de la Scène, stimuler la création et élargir la coopération entre les gens de théâtre, sensibiliser l'opinion publique à la prise en considération de la création artistique dans le domaine du développement, approfondir la compréhension mutuelle afin de participer au renforcement de la Paix et de l'Amitié ciller les peuples, s'associer à la défense des idéaux et des buts définis par l'Unesco.

Autant de principes dont on pourrait dire que le gouvernement camerounais commence à comprendre la nécessité d'en faire des obligations. Signalons aussi qu'aujourd'hui, de manière concertée, des études sont en train d'être faites sur des industries culturelles. Sur le plan économique, le cinéma peut être d'un grand apport. De petits métiers se développent grâce à la culture. Selon des cinéastes, il faut rentabiliser un certain nombre d'arts comme le Ballet ou l'Ensemble national mais aussi faire des choses par rapport au Musée national; Moderniser les archives ou la Bibliothèque nationale.

© Linda MbiapaI | Aurore Plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau