CAMEROUN - AFFAIRE RICHARD DJIF : Le recteur affirme que le cinéaste n'est pas étudiant

djimeli-fouefie-richard250313500.png

Alors que le jeune homme reste introuvable, les responsables de cette université affirment qu'il n'y est pas étudiant.

«Le recteur de l’université de Yaoundé I nous a dit vendredi dernier que Richard Djimeli Fouofie n’est pas étudiant à l’université de Yaoundé I» raconte Thierry Batoum président de l’Association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun (Addec). Cette association de défense des droits des étudiants s’est entretenue avec le recteur de Yaoundé I Aurélien Sosso le 29 mars dernier après que leurs communiqués affichés quelques heures plutôt au sein du campus ont été arraché sur ordre de celui-ci. «Les étudiants n’ont pas le droit d’afficher des communiqués dans l’enceinte du camps à l’insu du recteur. Ils doivent d’abord passer par son secrétariat afin que son cachet y soit apposé», justifie une source de l’université ayant requis l’anonymat.

«Au cours de non échanges, il (recteur de Yaoundé I Ndrl) a même précisé que Richard est en vie et que sa famille en sait quelque chose» témoigne le président de l’Addec. A propos la même source surenchérit : «le garçon là est enfermé quelque part dans la ville. Il ya deux autres de ces amis qui n’arrêtent pas de faire du bruit. Il seront également pris.» Notre informateur de l’université de Yaoundé I explique que Richard Djif n’est pas considéré comme étudiant parce que son dossier de master II n’a pas été signé par le recteur. Or l’Addec explique qu’en 2011 Richard Djif a validé au premier semestre toutes ses unités d’enseignement.

«A cause de l’auto financement de ses recherches, il n’avait pas encore soutenu et n’a pas renouvelé son inscription académique. C’est sur la dite base que le recteur atteste qu’il n’est pas étudiant et pourtant, les étudiants s’acquittent de leur droit universitaire une fois la soutenance programmée.» Richard Djif est qualifié de rebelle à l’université de Yaoundé I «il fait parti des étudiants qui dérangent. Sa bande et lui font beaucoup de bruit au sein de l’établissement alors que se sont des clandestins. Son enlèvement a une origine politique» souffle une source rencontrée au bâtiment abritant le bureau du recteur de l’université de Yaoundé I. Lors de la grève menée par les étudiants de plusieurs universités d’Etat en avril-mai 200 , Richard Djimeli Fouofie se souvient t’on s’est fait remarquer par une abondante production de poèmes sur les thèmes de la liberté, de la résistance et de l’espérance qui avait frappé la communauté estudiantine Richard Fouofie Djimeli l’auteur du film à polémique : «139…Les derniers prédateurs» projeté les 10 et 17 mars dernier à Douala Bercy et les 13 et 17 mars 2013 à l’Institut Français de Yaoundé est introuvable.

Plus connu sous le nom de Richard Djif cet étudiant inscrit en cycle Master II à la faculté des Arts et Spectacles de l’université de Yaoundé I est la fois acteur, producteur et réalisateur du film qui met en exergue la longévité des chefs d’Etats africains au pouvoir. Ce long métrage parle aussi des magouilles des dictateurs pour rester en fonction, de la répression des journalistes d’investigations, est injoignable depuis le 24 mars dernier. Selon ses camarades de la minicité Le Belvédère à Yaoundé, le disparu a été aperçu pour la dernière fois dans sa chambre le 23 mars 2013 à 20h.

© Source : Mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau