Cameroun - Affaire du viol des enfants Lapiro: Une commission rogatoire française à Yaoundé

Les experts du parquet de paris sont attendus à Yaoundé cette semaine pour y mener leurs enquêtes.

lapiro .jpg

C'est la conséquence directe de la seconde plainte déposée au parquet de paris par l'épouse de Lambo Sandjo Pierre Roger alias Lapiro de Mbanga aux motifs de viol et inceste sur ses deux filles Les petites Dorette Ricky Lambo Sandjo et Rebecca Nyake. En se saisissant de ce dossier, le procureur général auprès du parquet de la capitale française a tout de suite décidé de la mise sur pied d'une commission rogatoire française pour venir enquêter au Cameroun. En langage néophyte, il s'agit des hommes, magistrat d'instruction, médecin légiste etc...qui vont donc venir voir de plus près la réalité des accusations qui pèsent contre Ndinga man selon son épouse. Pour souvenir c'est un courrier adressé par madame le délégué de la promotion de la femme et de la famille de l'arrondissement de Yaoundé V, daté du 01 mars 2013 et transmis à son supérieur atteste que Dorette Lombo Sandjo a été victime de viol, d'inceste et de menaces de la part de son géniteur Lambo Sandjo Pierre Roger alias Lapiro de Mbanga.

Cette correspondance fait suite à une autre datant du 30 août 2012, adressé au procureur de la République de Nkongsamba par dame Njusha Esther épouse Ntchatchoua avec pour objet : « plainte contre Lambo Sandjo Pierre Roger pour viol et inceste sur sa petite fille Lombo Sandjo. » Il ressort que la requérante, grand-mère de la petite-fille a reçu les confidences de celle-ci au sujet des pratiques que son père lui imposait depuis des mois. Pratique de sodomie, de viol et d'inceste qui ont en plus infecte la petite fille victime aujourd’hui de MST graves. Sa sœur plus jeune, n'est guère mieux lotie. Les petites Dorette Ricky Lambo Sandjo et Rebecca Nyake Sandjo ont remplacé leur mère pendant des mois, dans le lit de celui qui chantait «no make erreur» pour chahuter Paul devant des foules de sauveteurs excités il y a quelques années.

On l'appelait alors «Ndinga man» et tout le monde le prenait pour la voix du peuple. Il soulevait les foules mais personne ne pouvait imaginer qu'il pouvait aussi soulever les jupes de ses propres filles selon l'acte d'accusation. Les mauvaises langues affirment qu'il a fait payer à ses enfants le prix de ses compromissions sexuelles. Drogue et violé, par des hommes, putain de la République à un moment de l'histoire du Cameroun, il a perdu ses repères et ne voyait plus que Paul Biya devant lui, qu'il essorait et repassait dans ses chansons en pidgin. Personne ne pouvait imaginer qu'un jour, ce donneur de leçons démocratiques a donné le canapé du salon à sa femme et le lit conjugal à ses propres filles à peine âgé de 10 ans.

Dorette n'avait que douze ans au début de sa relation avec son chaud lapin nommé Lapin) de Mbanga. Elle a perdu sa virginité à cet âge-là, parce que son père réalisait les choses qu'il disait dans ses chansons : «Prends ce qui est là à côté inutile de chercher plus loin.» Il a pris sa fille. Non ! Ses filles. Avec cette prise en main de l'affaire par la justice française, cette fois-ci, il ne s'agira plus d'un procès politique qui soulèvera des passions à Mbanga et au-delà. Il s'agira d'une affaire d'inceste et de viol. Dans sa fuite honteuse, on l'a entendu claironner sur les antennes de Radio France internationale. Il taxait la justice camerounaise de tous les noms d'oiseaux, accusant le procureur de la République de Mbanga de n'être hurluberlu qui ne connaît pas son travail. Peut dira-t-il le contraire sur le procureur de Paris. A moins que son état de santé le contraigne au ridicule.

© A.B | L'Anecdote

Commentaires (5)

1. Alain Bertrand NINSEKO 14/08/2013

J'aurai bien souhaité que le signataire de cet article y appose réellement son nom; toutefois sans être "Avocat" de LAPIRO, je trouve excessive cette manière de présenter l'article, au lieu de présenter les faits seulement, vous vous montrez d'abord très "affirmatif " en prenant position sur ce qui est supposé être jusqu'ici qu'une accusation sans preuve légale (du moins jusqu'ici), ensuite vous ne recoupez pas les infos pour avoir aussi la version de l'artiste. N’oubliez pas que ce Monsieur ne vit plus avec cette Dame, ceci impliquant cela, tout peut aller dans tous les sens; alors, un peu de professionnalisme Monsieur !!!

2. Seancédric 15/08/2013

Franchement je pense que je vais arrêté de consulté ce site! on dirai un site de congossa de femme du quartier avant de nous balancerl es infos à tord et à travers pensé souvent à nous donné vos sources! parceque j'ai constaté que vous affirmez quotidiennement des informations pas toujours vrai
merci de vous comportez comme un site d'information d'etudiant-ados digne de ce nom

3. yvesnouah 15/08/2013

a mon humble avis c'est un peu de la liberté d’expression des journalistes investigations mènent des enquêtes et font part et laissons aussi la justice fait son travaille et a la fin on aura tous des réponses

4. etudiant-ados (site web) 15/08/2013

Nous respectons la liberté de la presse, et a chacun de se faire sa propre opinion quant aux articles que nous publions. Vous êtes libre de prendre vos décisions, nous les respectons également. Merciiii!.

5. Perrine 15/08/2013

Qui a dit qu'il était innocent ou coupable, en tout cas il n'y a pas de fumée sans feu, moi j'attend la suite de cette histoire, j'aime bien Dinga man, mais le viol c'est grave et si c'est le cas il faut qu'il y ai des sanctions!!!!!!!!!!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau