Avant-scènes: Ecrans Noirs 2013: Le grand show le 29 juin

Les enjeux et les différentes articulations de la 17ème édition du festival « Ecrans noirs » qui démarre le 29 juin prochain à Yaoundé pour s’achever le 06 juillet, ont été expliqués aux journalistes.

« Les nouvelles formes de production et de diffusion cinématographiques en Afrique : potentialités et limites de l’innovation technologiques ». Tel est le thème autour duquel, va s’articuler la 17ème édition du festival « Ecrans noirs ». A la faveur d’une rencontre avec la presse, qui a eu lieu lundi dernier, les contours de cette grande fête des cinémas africains, les spécificités, les innovations ainsi que les grandes affiches programmées, ont été présenté. Pour le comité d’organisation, l’introduction d’une catégorie exclusivement réservée aux films camerounais dans le champ des compétitions, est l’innovation majeure.

A ce sujet, de la cinquantaine des productions cinématographiques camerounaises qui seront présentées aux cinéphiles et festivaliers. Il s’agit des prix : « écran du film camerounais », pour récompenser le meilleur film du Cameroun et « écran du film école », décerné au meilleur film réalisé par les étudiants des écoles de cinéma. S’agissant de la compétition officielle, outre le désormais traditionnel prix Charles Mensah « Ecran d’honneur » (hors compétition) qui consacre une carrière de réalisateur, de comédien ou de producteur de cinéma africain, le challenge se déclinera cette année sur sept sections :

l’Ecran d’or qui prime le meilleur long métrage de fiction;

l’Ecran du court métrage qui récompense le meilleur court métrage;

l’Ecran du film documentaire qui distingue le meilleur film documentaire;

l’Ecran de l’interprétation décerné au meilleur comédien ou à la meilleure comédienne évoluant dans l’un des films en compétition;

l’Ecran du film étranger décerné au meilleur film en compétition venu hors d’Afrique et qui traite obligatoirement de l’Afrique, a été tourné en grande partie en Afrique, ou comporte un casting significatif de comédiens africains ou noirs ; l’Ecran de l’Afrique centrale décerné au meilleur film long métrage ou documentaire des pays Cémac Ceeac en compétition.

Une fête à l’honneur du 7ème art

Le comité d’organisation avec à sa tête, Bassek Ba Kobhio, le délégué général du festival, affirme que les petits plats seront mis sur les grands, au cours de ce 17ème rendez-vous pour le grand plaisir des cinéphiles et les amateurs du 7ème art. Rendez-vous devenu incontournable, le festival vise entre autres objectifs à promouvoir et à valoriser le cinéma africain. Il connait depuis sa création de nombreuses mutations. Fondé en 1997 par le réalisateur Bassek Ba Kobhio et organisé chaque année par « l’Association Ecrans noirs », « Ecrans noirs » est un festival de cinéma africain, dont l’un des objectifs est la promotion et la diffusion du cinéma africain dans la plupart des pays de l’Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Congo, République démocratique du Congo, République centrafricaine et Tchad)…

Tous les ans, des réalisateurs, des comédiens, des techniciens, des producteurs, et autres professionnels du 7ème art se retrouvent, afin de donner à voir au public du Cameroun, des projections d’un cinéma longtemps méconnu ici. Sembène Ousmane, Idrissa Ouedraogo, Cheickh Doukouré, Gaston Kaboré, Henri Duparc, Cheickh Omar Sissoko, mais aussi Audrey Tautou, Patrick Grand Perret et bien d’autres professionnels du cinéma ont foulé le sol du pays de Roger Milla et autre Ambroise Mbia, grâce à « Ecrans noirs ».

C’est fort de tous ces acquis que ce rendez-vous annuel du cinéma, est devenu une manifestation compétitive où tous les types et genres du cinéma africain peuvent s’exprimer en toute liberté. Le village du festival comme l’année dernière va déployer ses quartiers au Boulevard du 20 mai où les activités culturelles vendant l’image du Cameroun seront également privilégiées.

© Souley ONOHIOLO | Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau