Analyse comparée des féminismes au Cameroun à travers les œuvres de K-Tino et de Lady Ponce

En cette période de Mars (proche du 08 du mois), il n’est pas farfelu de se demander où en est le féminisme au Cameroun, comment se vit-il, et à quel niveau se situe la condition des femmes.

lady-ponce-2.jpg

Wikipédia définit le féminisme comme étant « un ensemble d'idées politiques, philosophiques et sociales cherchant à définir, promouvoir et établir les droits des femmes dans la société civile et dans la sphère privée». On parle aussi de « libération de la femme». Le but du présent article est donc de voir comment au Cameroun cette libération de la femme est vécue ou prônée. Nous n’avons bien sûr pas la prétention d’être exhaustif.

Nous pensons en outre que les artistes figurent parmi les mieux à même de cristalliser l’état d’une société pour la dépeindre. Et qui dit art au Cameroun, dit d’abord musique. Nous faisons donc le parti pris d’analyser l’état du féminisme au Cameroun à travers le prisme de la musique. Le Bikutsi est l’un des rythmes musicaux les plus représentatifs, et les deux artistes K-Tino (pour un passé plus ou moins récent) et Lady Ponce en sont certainement les égéries remarquables.

Nous pensons qu’à elles deux, elles véhiculent ces valeurs qui visent à l’amélioration de la condition de la femme (et donc à l’instauration du féminisme). Nous pensons en outre qu’à elles deux et à travers la tonalité générale de leurs œuvres, elles recouvrent toutes les formes (deux principalement) de féminisme pouvant exister au Cameroun. La trame de l’analyse sera donc leurs deux œuvres, et nous avons choisi pour illustrer la posture de chacune, un morceau emblématique.

K-Tino: La petite Adeda

Dans cette chanson, l’héroïne commence par se plaindre de son sort, et de comment son mari la traite mal. Elle se demande ce qu’elle a fait de mal et lui demande même pardon. Le mari rentre saoul et revient la battre. Il a ouvertement des maîtresses dehors et l’abandonne seule à son triste sort. C’est la situation de la première partie de la chanson.

Lady Ponce: Donner-Donner

Dans cette chanson, l’héroïne commence de même en se plaignant du comportement ingrat de son mari qui veut la mettre dehors, malgré tous les efforts qu’elle a entrepris pour leur ménage. Malgré le fait qu’elle n’a jamais rechigné à satisfaire ses moindres besoins (notamment sexuels): même quand elle était malade, elle « donnait». Ces deux chansons rentrent donc bien dans le cadre du féminisme tel que défini en introduction, ce qui vise à l’amélioration de la condition des femmes, ici dans le cadre privé.

Ces femmes sont maltraitées par leur mari, et l’une d’elles risque même de se retrouver à la porte dans un système (société) qui ne prévoit rien comme droit dans ces cas-là. Ceci étant dit, on passe aux deuxièmes parties des chansons, et là tout de suite on voit en illustration les deux conceptions très différentes de féminisme (cf définition) en vigueur au Cameroun. Dans le premier cas, que fait la petite Adeda? Elle prend sa vie en main.

Elle cesse de se plaindre et de se placer en position d’attente. Elle confisque sa liberté. «Adeda a ne fili», Adeda est libre. Cette chanson issue d’un album du début des années 90, à ses débuts, illustre la tonalité globale de l’œuvre de K-Tino. Cette tonalité qui dit que les femmes sont et doivent être maîtresses de leur destin. Le titre de cet album-là est d’ailleurs « égalité oblige». Si l’on pose la question a un quelconque Camerounais(e) âgée de plus de 25ans de savoir ce qui caractérise l’œuvre de K-Tino, il dira sans aucun doute « le sexe». D’aucuns diront plus prosaïquement qu’elle « chante les sauvageries».

En effet, elle n’a jamais hésité, et c’était l’une des premières, à parler ouvertement de sexe: La queue de ma chatte, Ekob (la peau), 7ème ciel, ascenseur, thermomètre, Ekargator, autant de tubes qui tous parlent par allusion ou directement de sexe. Et cela choque beaucoup de monde. Une amie à qui je faisais part du projet de cet article m’a dit que K-Tino ne pouvait en aucun cas être féministe car « elle chosifiait la femme». Pour illustrer, elle me montrait cette vidéo, notamment à partir de 11mn20s

Je ne pus que lui dire qu’elle se trompait justement, car si K-Tino parle de sexe, elle ne place jamais elle ou ses héroïnes, en victimes à disposition des hommes. JAMAIS. Au contraire, elle parle de sexe en étant le sujet. Elle dit ce qu’elle aime, et ce qu’elle veut. A la limite, ce sont les hommes qui sont ses objets. C’est notamment le cas dans la vidéo ci-dessus. Les féministes occidentales ont toujours utilisé le sexe comme symbole de libération sexuelle. Elles ont par exemple réclamé le droit à l’avortement pour pouvoir, comme les hommes, avoir une sexualité libre.

L’une d’elle dit d’ailleurs que le « féminisme, c’est l’orgasme partagé». C’est dans cette optique que se place K-Tino (certainement sans en avoir conscience elle-même). Les hommes ont des besoins sexuels. Elle aussi. Et elle choisit comment elle les satisfait. Dans cette optique-là, elle se place dont en égale parfaite des hommes. Il va sans dire que par-delà le sexe, cela rejaillira dans la manière dont elle mène sa vie. Si son bonheur/plaisir ne dépend pas d’un homme, elle n’attendra certainement pas que ce soit le monsieur qui ramène la bouffe, elle ira se battre elle-même, comme Adeda. L’autre type de féminisme (ie idées qui cherchent à améliorer la condition de la femme), c’est celui qui est véhiculé dans la chanson de Lady ponce, et c’est aussi celui qui est majoritaire dans la société camerounaise.

Que se passe-t-il dans la suite de la chanson, quand la dame est priée de vider les lieux. Elle aussi, comme la petite Adeda, se rebelle. Et là on apprend des vertes et des pas mûres. On apprend que celui qu’elle appelle alors pourriture, a donné aux enfants les noms de personnes de sa famille (symbole fort), et rien à ceux de la famille de la dame. On apprend qu’elle a vraiment fait beaucoup d’efforts, et du coup elle dit NON. Elle ne sort pas, ou alors, et je cite, il faudra qu’il lui remette sa jeunesse, sa beauté, ses rêves, son sourire, et surtout qu’il remette ses enfants dans son ventre et qu’il aille ressusciter ses parents. Et comme ça elle s’en ira. Sinon, elle ne part pas. Courageux me direz-vous? Mais quelle signification derrière? Cela signifie que la pourriture, elle est prête à vivre avec, tant qu’elle n’est pas mise à la porte. Cela signifie que le nom de ses enfants la dérange, mais c’est acceptable tant qu’elle n’est pas mise à la porte. Cela signifie qu’elle regrette le fait même d’avoir eu des enfants à partir du moment où elle est mise à la porte. Cela signifie que sa subsistance passe forcément par un autre: le mari ou les parents qu’il faut ressusciter quand elle est répudiée. Voilà ce que cela signifie. On dépeint une femme qui pour être heureuse doit être mariée, et si possible, mariée avec un homme qui la traite bien. On dépeint une femme dont la condition s’améliore quand son homme s’en occupe bien. Et elle a pour objectif de faire ce qu’il faut pour lui plaire (enfants, bon ménage, bonne cuisine, etc.), et ainsi lui s’occupera bien d’elle. Une telle femme, si on s’en occupe bien, sera donc moins encline à s’en sortir par elle-même. Elle ne dira « si tu veux, tu pars, je vais me battre moi-même».

Elle dira, et elle le dit « gardes moi, ou alors rends moi les années que tu m’as perdues». Lady Ponce a certes chanté une ou deux chansons qui rentrent dans la catégorie de féminisme de K-Tino, mais la tonalité globale de ses œuvres reste dans cette deuxième catégorie. Quand elle dit par ailleurs dans le tube qui l’a rendue célèbre « l’homme: le ventre et le bas-ventre», cela dit tout. Pour tenir son homme, il faut bien cuisiner et lui donner du sexe. Ici, le sexe est fait non pas pour son plaisir, mais pour le plaisir de l’homme, parce qu’il faut le garder. Il faut « donner», « même quand on est malade».

cOu la définition de femme-objet. Et Lady Ponce n’est pas la seule à chanter comme cela. Petit-pays (avocat défenseur des femmes à une époque) ne chante que ça. Il est sincère quand il lutte pour les femmes (toi qui dis que la femme c’est quoi, c’est toi-même qui es quoi?), mais pour lui, comme pour Papillon, comme pour tant d’autres, le bonheur des femmes dépend d’être bien traitées par les hommes. Vous l’aurez compris, K-Tino dit que les femmes doivent se prendre en main pour construire leur bonheur (sexuel, professionnel, amoureux, etc.) sans opposition aux hommes, mais sans dépendance. Lady ponce dit que les femmes seront heureuses si elles sont bien traitées, respectées et aimées par leur mari. Ce sont vraiment les reflets de la société camerounaise (qui reste quand même une société où publiquement, l’on n’accepte pas les maltraitances des femmes, elles y compris). Pour schématiser, dans un cas, les femmes partent en mariage, dans un autre, elles choisissent de se marier.

Le camp de Lady Ponce est le plus nombreux (et largement), mais c’est bien normal. Car les femmes (qui baignent dans la société) y ont intérêt : Si elles sont sages et malignes, elles auront un homme qui leur apportera ce qu’elles veulent. Elles n’auront pas besoin elles-mêmes d’aller se battre. Pour être heureuse, il suffit donc de ne pas tomber sur un idiot fini, ou une brute épaisse. On supportera ses petits défauts. Car les hommes savent ce qu’il faut faire pour tenir leur femme. Comme Ronz dit (dans la chanson le mariage), il lui suffit alors de ne pas l’humilier, de lui acheter les « phares (pour fards) et les « clignotants» quand elle les demande et tout ira bien. Il n’aura pas de prise de tête avec des exigences d’égalité qui remettent en cause sa supériorité.

Je conclus en rebasculant sur le domaine du sexe cher à K-Tino et en vous demandant, chers lecteurs, chères lectrices, à votre avis, un homme normalement constitué, s’il est devant deux portes où l’attendent deux femmes, vers laquelle ira-t-il? Vers celle où l’attend une femme dont il sait qu’elle fera tout ce qu’il veut parce qu’elle veut qu’il reste, ou vers celle qui va le juger, et qui va exiger qu’il soit performant pour la satisfaire sous peine d’être exposé (comme Donny Elwood que Salomé a descendu parce qu’il avait mouillé)? A votre avis, vers laquelle ira-t-il? Vers K-Tino ou vers Lady Ponce?

© Marcel Ebene | Correspondance

@cameroun-info.Net

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/03/2013