10 questions aux disciples de Jean Paul Poulaga : Sur « le refus de Dieu »

Ne pensez vous pas que « le refus de Dieu » est un combat de Don Quichotte et un travail de Sisyphe !

pougala.jpg

1- Ne pensez vous pas que « le refus de Dieu » est un combat de Don Quichotte et un travail de Sisyphe ! dans la mesure où l’africain fait aujourd’hui face à des problèmes plus urgents (industrialisation, pandémies, Unité Africaine, guerres civiles, la corruption, la famine…), et qu’il serait inutile de l’entreprendre puisqu’il est perdu d’avance, et qu’il nous fera perdre en temps et en énergies créatrices ?

2- « l’important n’est pas ce qu’on a fait de toi, mais ce que tu fais de ce qu’on a fait de toi ». Est-ce que face à cette formule existentialiste, l’africain du XXIe devrait être toujours en train de se poser en victime, à regretter le paradis perdu et à toujours accuser l’autre de l’avoir enfoui dans le gouffre de la pauvreté ; tout en occultant sa responsabilité face au mal qui l’accable ?

3- Léopold II atteste dans son allocution aux missionnaires en partance pour l’Afrique que : « ne leur apprenez pas Dieu, car ils le connaissent déjà ». et Zamba auquel il fait allusion, fait sans conteste référence à la conception du Dieu Unique chez les Bantous. n’est ce pas là une preuve que nous connaissons Dieu bien avant l’arrivée du Blanc ?

4- Les travaux de tous les anthropologues révèlent cette croyance africaine en un Dieu Unique. Et les ancêtres ou les génies dont vous demandez à l’africain d’adorer, ne sont’ ils pas des simples émanations ou différentes expressions de ce Dieu Unique dont vous refusez l’existence ?

5- Vous confondez le plus souvent la question de Dieu et les problèmes que connait le christianisme depuis des siècles. Ce n’est donc pas parce que ces problèmes existent que Dieu lui, n’existerait pas. Avant de donner à Dieu ce qui lui appartient, ne pensez vous pas, qu’il serait plus intéressant de donner à l’homme ce qui lui revient, de ce qu’il a fait de l’image de Dieu?

6- Les hommes qui ont lutté pour la libération de la cause des Noirs, que les jeunes prennent et doivent prendre pour modèles ont été et sont des hommes de Foi. Devons nous citer ici Malcom X, Martin Luther King, Mandela, Desmond Tutu, Lumumba, Cheik Anta Diop…en quoi Njoh Mouellé, Joseph KI Zerbo, Cheik Hamidou Kane, Engelbert Mveng, Eboussi Boulaga, Christian Tumi, Ka Mana, Jean Marc Ela, sont’ ils des hommes aliénés, puisque selon vous la Foi rendrait aveugle ?

7- Vous dites au Noir de refuser le Dieu des autres, ne pensez vous pas qu’il faut aussi que vous oubliez en premier : leurs langues que vous parlez, leurs sciences que vous pratiquez, leurs écoles que vous fréquentez, leurs pays où vous habitez, leurs inventions dont vous profitez, leurs modes dont vous en faites usage, et toutes les grandes œuvres qu’ils apportent à l’humanité ?

8- Vous demandez à l’africain de s’inspirer des chinois…vous semblez oublier que la Chine n’est pas historiquement bouddhiste, et est habitée par des millions de chrétiens. L’Occident elle même n’est pas historiquement chrétienne. Le Libéria aussi bien que l’Éthiopie n’ont pas été colonisés, mais sont des pays en majorité chrétien. Le Nord de l’Afrique n’est malheureusement pas historiquement musulman. Des milliers d’occidentaux se convertissent aujourd’hui au Zen. Face à ce divers tableau, ne pensez vous pas que le fait de demander à l’africain d’adorer systématiquement ses propres ancêtres n’est pas la voie unique de sortie, dans le mesure où chacun est libre de croire en ce qu’il veut ou de ne pas croire ?

9- Dites nous ce que le marabout ou le sorcier africain a déjà crée pour sa communauté, dites nous comment est ce que vous procédez au culte de vos ancêtres en terre et en langue étrangère, comment vous les adorez, et comment est ce qu’ils vous libèrent et vous posent en pôle position pour le développement de l’Afrique, contrairement aux autres ?

10- Quand tous les historiens sont d’accord sur le fait que « la colonisation portait en elle-même les germes de sa propre destruction », n’est pas à partir des consciences noires qui se sont éveillées au sein des écoles et des églises où ont été souvent enseignée la liberté et l’égalité de tous devant la loi et devant Dieu ?

« Il n’ya pas antagonisme entre l’ordre de la foi et l’ordre du travail. La mort de Dieu n’est pas une condition nécessaire à la survie de l’homme ».

Cheik Hamidou Kane, l’aventure Ambiguë, Julliard, 1971, p.117

Signé, TATLA MBETBO Félix, Auteur de : « Le refus de Dieu et l’éveil de l’Afrique chez Jean Paul Poulaga ».

« Lettre aux prisonniers politiques de Nkondengui »

« Réponse du benjamin à Patrice Nganang »…

@culturebene.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau