Cinéma: Les techniciens africains se recyclent

C’est une série de formations qui va s’étendre dans plusieurs pays d’Afrique. Les bénéficiaires sont une centaine de techniciens et professionnels venant des écoles d’audiovisuel du Burkina-Faso, du Cameroun et du Ghana. L’objectif visé est d’améliorer la qualité des programmes africains par la professionnalisation des postes techniques.

A savoir: réalisation, image, son, montage et mixage, afin d’atteindre les standards internationaux nécessaires à une circulation de ces programmes. Par la professionnalisation des postes clés, ceci doit également favoriser l’émergence et le développement d’un tissu industriel audiovisuel local, générer des échanges de bonnes pratiques entre professionnels africains tout en associant des jeunes en formation à des productions.

Les activités envisagées durant tous les sessions de formation consistent à organiser : neuf ateliers de formation à l’occasion de la fabrication de 6 séries télévisées, soit deux séries par pays. Deux sessions de coaching « accompagnement sur le marché international » à l’intention des producteurs partenaires. Pour l’un des promoteurs de l’évènement, l’Afrique a de belles histoires mais cela ne suffit pas pour tourner un film. «On a de très belles histoires en Afrique, mais nous péchons par le manque de professionnalisme. Il faut se perfectionner en travaillant. Il faut faire aussi des bons films qui vont être vendus à l’international», explique serges Alain Noa, partenaire de l’évènement.

Ce programme a été mis sur pied après le constat suivant : la production des séries en Afrique subsaharienne est Handicapée, d’une part par un manque de personnel qualifié en termes de nombre de niveau technique, et d’autre part par la méconnaissance qu’ont les producteurs et directeurs de production des standards à respecter pour rendre possible leur commercialisation à l’international.

Écrit par Jeannette Eliane Nématchoua, Stagiaire La nouvelle expression

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau