Défilé Prada - Printemps/été 2013

Peuplée de geishas à la mine sévère, la dernière collection de Miuccia Prada tente de concilier "ténacité et poésie" avec suffisamment de précision et d'extravagance pour envoûter les puristes et désarçonner les défenseurs du chic universel...

img-2448.jpg

Parfaite métaphore de la dualité féminine (où se confrontent désir de douceur et nécessité d'être forte), le Japon inspire cette saison Miuccia Prada, qui tente ici de réconcilier les antagonismes du pays du soleil levant - entre traditions ancestrales et culture kawaï - via un vestiaire où se mêlent lignes strictes, dessins quasi naïfs, provocations espiègles et accessoires Harajuku.

Fusion entre grammaire sévère typiquement Prada, emprunts à la garde-robe traditionnelle japonaise et power flower minimaliste, les premiers passages du défilé posent les bases de la silhouette pradienne de l'été 2013. De la mini robe sixties à la blouse kimono en passant par les robes droites pour working girl intello, les ensembles corsaire/top de protection pour art martiaux et les jupes s'inspirant des hakamas (pantalons à sept plis portés par les nobles du Japon médiéval), les modèles de saison s'y voient systématiquement taillées dans un satin noir, où se patchent aléatoirement des rectangles imprimés de fleurs à longues tiges (lorsque celles-ci ne se transforment pas en soleil levant).

img-2449.jpg

À cette introduction ultra cérébrale succède ensuite des tenues où l'humour et la légèreté prennent peu à peu le pas sur l'austérité. Les pardessus au pelage fleuri laissent ainsi entrevoir une lingerie sportswear, tandis que des motifs floraux "Hello Kittiens" se taguent sur des manteaux d'été osant la fourrure (une matière récurrente au sein de cette collection estivale qui symbolise aux yeux de Miuccia Prada "tous les possibles", à une époque où "tant de choses sont devenues interdites") et que le noir s'efface progressivement au profit d'une palette de couleurs oscillant entre violet, vert émeraude, rouge coquelicot et teintes pastel.

Baignés de rose nacré, de blanc lumineux et de vert pistache édulcoré, les ultimes looks - où se mêlent pliages japonisants, esprit baby-doll, pétales de satin et noeuds rappelant la bande de tissu maintenant l'obi des geishas - font quant à eux oublier l'âpreté des premiers passages en laissant la poésie adoucir les aspirations conceptuelles de Miuccia Prada (même si certaines tenues manquent encore de légèreté).

img-2450.jpg

Fidèle à elle-même, la créatrice italienne n'a par ailleurs pas oublié d'émailler sa collection d'accessoires susceptibles d'alimenter les débats fashion de ces prochains mois. On pense particulièrement à ces chaussettes au cuir tantôt métallisé tantôt mat, qui se portèrent soit à plat et agrémentées d'une "tong ruban", soit en duo avec des escarpins ou des sandales plateformes n'ayant rien à envier aux getas des geishas. Munies d'une fine semelle en cuir - qui risque fort de se voir renforcée à l'occasion de leur sortie en boutique - ces très Martin Margielesques tabi pourraient bien voler la vedette à bon nombre de souliers plats...

Voir toute la collection : http://www.style.com/S2013RTW-PRADA

tendances-de-mode.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/12/2012