Défilé Marc Jacobs - Printemps/été 2013

img-2415.jpg

Après avoir superposé les couches de vêtements, Marc Jacobs continue cette saison de développer l'idée selon laquelle une femme serait en réalité bien plus sexy couverte que dénudée. Un même concept qui se voit cependant ici traité de manière radicalement différente : à la silhouette Oliver Twist de cet hiver succède en effet celle d'une Edie Sedgwick faussement puritaine, à la garde-robe aussi audacieusement graphique que subversivement classique...

img-2416.jpg

Après avoir superposé les couches de vêtements, Marc Jacobs continue cette saison de développer l'idée selon laquelle une femme serait en réalité bien plus sexy couverte que dénudée. Un même concept qui se voit cependant ici traité de manière radicalement différente : à la silhouette Oliver Twist de cet hiver succède en effet celle d'une Edie Sedgwick faussement puritaine, à la garde-robe aussi audacieusement graphique que subversivement classique..

img-2417.jpg

Entre rayures impeccables, faux-semblants, coiffures sixties, nombril à l'air et éclairs de peau jaillissant d'ensembles pour working girl studieuse, les premiers passages du défilé printemps/été 2013 de Marc Jacobs mettent à mal le conservatisme américain cher aux militantes républicaines, qui se voit ici subtilement tourné en dérision via des gimmicks impudiques renouvelant la notion de sexy.

C'est ainsi que la sévérité des silhouettes - où ballerines aux bouts pointus et sacs se coordonnent dans un souci de pragmatisme frôlant l'obsession - se voit drastiquement atténuée au contact de nouveaux décolletés ne dévoilant plus la naissance des seins, mais bel et bien le saillant des hanches, par le biais de jupes descendues sur le bas ventre. Si les longueurs genou se multiplient et si les chemises se boutonnent jusqu'en haut, ce n'est ainsi que pour mieux mettre l'accent sur cette néo taille basse faisant des os les nouveaux seins...

Par la suite, après plusieurs passages introduisant des toilettes en satin rappelant fortement l'esthétique de Miuccia Prada, les motifs graphiques - semblant tout droit issus du "Qui êtes-vous, Polly Maggoo?" de William Klein - reprennent rapidement le dessus, transformant les robes longues du final en petit chef-d'oeuvre op'art (il est vrai que sequins et damiers luisants confèrent une aura unique à ces toilettes bicolores aux volumes minimalistes délicieusement enveloppants). Un virage radical pour un Marc Jacobs d'ordinaire bien plus versé dans la fantaisie que dans l'épure.

Cela dit, si les critiques salueront certainement l'audace et la capacité de renouvellement du créateur, difficile d'être totalement subjugué par un défilé mettant à ce point en exergue maigreur dérangeante et visages décharnés...

Voir toute la collection : http://www.style.com/S2013RTW-MJACOBS

tendances-de-mode.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/12/2012