LES FEUX DE L'AMOUR: 40 ANS, PLUS DE 10.000 ÉPISODES ET UNE HORDE D'INCONDITIONNELS

Les feux de l'amour: 40 ans, plus de 10.000 épisodes et une horde d'inconditionnels

les-feux-de-l-amour.jpg

Plus de 10.000 épisodes, des dizaines de mariages, divorces, enfants et trahisons: la série fleuve Les feux de l'amour, qui a fêté cette semaine ses 40 ans, continue à séduire des millions d'inconditionnels en France et dans le monde, peu gênés par ses invraisemblances.

Lancé le 26 mars 1973 sur CBS aux Etats-Unis, ce soap-opéra quotidien intitulé The Young and the Restless en anglais (littéralement Les jeunes et les agités), a atteint cette semaine un record de longévité, qui en fait l'un des plus anciens feuilletons en production à la télévision, regardé par des dizaines de millions de personnes dans une trentaine de pays.

L'intrigue, qui tourne autour de quelques familles de Genoa City dans le Wisconsin, peut parfois sembler improbable: pas moins de 144 mariages depuis le début, selon le magazine TV Grandes Chaînes, des disparitions et réapparitions mystérieuses, des personnages qui changent totalement de physique, des enfants qui grandissent de dix ans en quelques mois à la faveur d'un passage au pensionnat, des décès violents, des fantômes...

Le héros de la série, le séducteur moustachu Victor Newman, n'est pas en reste: il a eu des enfants malgré plusieurs vasectomies et s'est marié plus de dix fois, dont plusieurs unions avec la même femme. Katherine Chancellor, l'héroïne de la série jouée depuis 40 ans par la même actrice (Jeanne Cooper, 84 ans) a de son côté convolé six fois en justes noces.

Le tout est filmé en multipliant les gros plans, dans des décors souvent chargés de lustres, bouquets ou coussins à fleurs, où s'aiment et s'affrontent des hommes élégants et des femmes en tenue de soirée ou de working girls, regard pénétrant sous d'impeccables brushings, sur fond musical mélodramatique.

C'est du feuilleton, et comme pour +Plus belle la vie+, ça fonctionne sur l'addiction, le suspense, le mélodrame, la révélation, avec quelque chose de très artificiel, outré, théâtral, mais les téléspectateurs acceptent cette convention, explique Marjolaine Boutet, auteure de plusieurs ouvrages sur les séries. Invraisemblable En France, où ce soap-opéra passe depuis 1989 sur TF1, les aventures des familles Abbott, Newman et Chancellor ont été regardées en moyenne par 2,1 millions de personnes en 2012.

Un bon résultat pour un feuilleton programmé en début d'après-midi, qui rassemblait jusqu'à 4,4 millions de téléspectateurs dans les années 1990. Parmi les fidèles, des retraitées comme Elisabeth, 77 ans, devant son poste tous les jours depuis bientôt quinze ans. J'aime tout, les histoires d'amour, les disputes, c'est vraiment la vie, dit-elle. Ou Vincente, 86 ans, qui confesse en avoir raté quelques-uns au début avant de devenir accro.

Il y a eu beaucoup de mariages, ils ont tous couché ensemble en fin de compte, constate-t-elle. Les adeptes sont aussi plus jeunes, comme Liberty, 42 ans, fondatrice du site soap-passion.com, qui a découvert Les feux de l'amour alors qu'elle était enceinte et alitée. Ou cette jeune femme de 37 ans, qui a commencé à regarder la série avec sa grand-mère avant de continuer avec plus de recul.

Ce que j'adore c'est qu'ils se sont mariés plein de fois les uns avec les autres, ils sont morts et ils ressuscitent, ils ont un cancer et le lendemain ils ont plein de cheveux...C'est complètement invraisemblable, c'est ce qui me fascine, lance cette dernière. Les incohérences font partie du genre.

Généralement, les fans de soaps sont assez indulgents pour peu que l'histoire soit bonne, analyse Liberty, défendant ce feuilleton très ancré dans l'actualité. On parle de cancer, de mères porteuses, de harcèlement, de sclérose en plaques, de la guerre en Irak, du Sida..., souligne-t-elle. C'est assez en phase avec ce qui se passe dans la société.

SOURCE : AFP

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau