France: la top model d’origine camerounaise Binti porte plainte contre Alain Soral pour injures a caractere racial

Le très sulfureux essayiste de l’extrême droite française Alain Soral, passé par le front national, très familier des tribunaux pour des délits liés à l’antisémitisme et à l’injure publique pourrait bien se retrouver en prison pour un motif qui n’a rien à voir avec le courage citoyen, mais relève plutôt de la bassesse libidinale.

Binti

En effet une jolie camerounaise de 33 ans entrée dans le mannequinat après un casting sauvage a débarqué à la date du 16 Novem au commissariat de Strasbourg en vue de porter plainte contre le polémiste pour «injures à caractère racial, violation des données informatiques et menaces». L’essayiste de l’extrême droite a entrepris de draguer Binti à travers les réseaux sociaux. La camerounaise semble avoir été intéressée au début de la relation. Soral est un bon parleur. C’est un dragueur de race. Il a pratiqué pendant des années la drague de la rue et revendique 700 conquêtes féminines. Devenu écrivain ,il a publié un livre intitulé sociologie d’un dragueur. Partie sur de bonnes promesses, la relation a finalement foiré. Furieux d’être éconduit Alain Soral l’a abreuvée d’injures relevant du racisme vulgaire. Il n’est pas rare qu’un blanc raciste soit attiré par la beauté nègre. Top-model, Binti s’est installée aux Etats-unis pour poursuivre une carrière commencée en France.

Découverte lors d’un « casting sauvage » à Paris, elle pose pour la couverture du MONDE 2, le supplément magazine du quotidien du soir. Le début d’une belle carrière et de nombreuses apparitions dans les plus grands titres, de ELLE à GLAMOUR en passant par ENTREVUE. Elle collabore un temps avec Karl Lagerfeld. Tout a commencé en Mars 2014 .Binti réside à los Angeles d’où elle a découvert les vidéos de Dieudonné.

« Je le trouvais très chaleureux, comme un tonton. Et de voir quelqu’un, rejeté par tout le monde, qui se battait pour défendre les noirs, ça m’a touchée. Progressivement, je me suis intéressée à toute cette mouvance, et j’ai eu envie d’aider. »

Un détail : Dieudonné est proche d’Alain Soral.

Une proximité qui ne plaît pas à beaucoup de gens dans l’entourage de Dieudonné. On demande constamment à Dieudo : <> Binti veut aider la mouvance autour de Dieudonné. Sa contribution se veut modeste : Envoyer via les réseaux sociaux des liens vers les articles de presse au site égalité et réconciliation appartenant à Alain Soral. Le 2 mars à 00h46 exactement, elle reçoit une réponse. « C’était Alain Soral lui-même. J’étais flattée », se souvient-elle. Sauf que ce n’est pas vraiment son soutien à la cause qui retient l’attention du leader d’E&R :<>. La relation se met en marche : Binti raconte à Soral Son parcours et sa vie de Top model. Soral trouve tout cela très chic. <> se souvient Binti :<> Les discussions vont évoluées via le skype. Ils auront de longues conversations quasi quotidiennes.

« Je lui ai raconté toute ma vie. Il écoutait. » Et progressivement la relation se transforme en flirt. Soral lui demande des photos intimes. Elle va envoyer des photos pris par des photographes professionnels. Des photos < Binti s’intéresse à la cause noire. Soral vient du front national. Des histoires de ce genre ne marchent pas. Ça finit toujours par foirer. « On se disputait, parfois à cause de ce qu’il publiait sur Egalité & Réconciliation.

Je n’aimais pas qu’il tienne des propos racistes sur Taubira. » Elle le trouvait en outre trop pressant et obsédé par son physique. Un jour la camerounaise a entrepris d’interrompre la parenthèse amoureuse en suggérant à l’essayiste français, qu’elle souhaitait s’en tenir à une simple amitié. Mais la pilule ne passe pas.

« J’attends d’un homme qu’il soit gentleman. Je lui ai dit que mes amis hommes en général sont gays et qu’il serait mon premier ami proche hétéro ! » Voici les propos qui semblent avoir mis Alain Soral dans une colère extrême. Soral est un intellectuel de l’extrême droite, proche des intégristes catholiques. Il est en guerre contre les homosexuels, les francs-maçons et les juifs. Il n’a pas apprécié d’être associé à des gays. Il lui déclare par sms : « Ce soir je pense que c’est le moment de te remettre à ta place. » « Ton destin est d’être un fantasme à vieux blanc juif pervers… », Il la traitera en outre de << Black à pédé>> En réponse Binti le traite de : « porc gras, la version ratée de DSK » La relation Binti-Soral désormais sur une pente descendante, va s’engloutir dans une pluie d’insultes à caractère raciste. Soral va multiplier des textos agressifs : «Les blancs prennent les blacks pour des putes (ce qu’elles sont le plus souvent)»; «Finalement, il ne te reste de sûrs que les juifs et les pédés !»; «Les pédés comme amis pour t’écouter chialer que ton destin c’est d’être une pute à juifs», etc.>>

Le polémiste ne s’arrêtera pas là, il va enfoncer le clou : <> Voici les textos qui lui valent aujourd’hui des poursuites en justice pour racisme. Au demeurant on ne saurait les publier sans les contester en même temps. Ce saurait une faute intellectuelle. Arrêtons nous un instant sur l’affirmation de Soral selon laquelle <>.

Elle ne peut résister à une analyse sociologique rigoureuse. Mettez-vous dans une grande rue de n’importe quelle ville européenne et observez les couples mixtes. Vous constaterez très facilement que les femmes occidentales partent très rarement avec des africains beaux et élégants. On pourrait même les soupçonner d’avoir une attirance pour le nègre arriéré. Qu’en est-il de l’homme africain lui-même ?est-il vraiment attiré par les blanches ?

Ce sont les demandeurs d’asile qui vont avec les femmes européennes parce qu’ils ont encore le complexe d’infériorité des gens qui viennent d’arriver .Lorsqu’ils seront bien installés, ils iront en Afrique chercher la femme de leur vie. Ces choses évoluent toujours de cette manière. Soral possède une très mauvaise connaissance de la sociologie des populations noires d’Europe. Il existe déjà en Europe une classe moyenne noire très bien installée. Une observation attentive des liaisons amoureuses à l’intérieur de cette population contredit ce que dit Alain Soral. En attendant l’essayiste français aura affaire à la justice de son pays et il risque gros.

Le nouvel observateur a soumis l’analyse de cette affaire à un avocat spécialisé sur internet Anthony Bem. Voici son commentaire : << J’ai l’habitude de voir des personnes se venger via les réseaux sociaux. En effet, je suis spécialisé dans les contentieux des personnes et de l’internet et ces cas ne sont pas rares. Mais là, si les faits sont avérés, on a atteint des sommets de barbarie. Il y a toutes les fautes et les délits qu’on peut imaginer lors d’une rupture. Cette histoire me surprend en raison de la quantité d’actes délictueux. Selon les propos de la plaignante, la top model Binti, il y aurait entre autres : violation de l’intimité de la vie privée (par la diffusion de photos personnelles), usurpation d’identité (par la création d’un faux compte Facebook), piratage, harcèlement, menaces et injures à caractère raciste de la part d’Alain Soral.>>

L’avocat poursuit un peu plus loin : << Les protagonistes ne sont pas n’importe qui. Et le fait qu’Alain Soral soit une personnalité publique aggrave son cas : lorsqu’on est médiatiquement exposé, on se doit d’avoir un comportement digne, même dans la sphère privée. Il s’est exprimé sur l’affaire et n’a pas démenti, on peut considérer qu’il s’agit d’aveux : qui ne dit mot consent.>> Que risque Soral : << Si les faits sont avérés, il risque une peine d’emprisonnement et une amende. En ne retenant que les infractions pour lesquelles les peines sont théoriquement les plus importantes :

– Si le harcèlement avec de très nombreux textos (sans prendre en compte le caractère raciste) est confirmé, la peine maximale est de deux ans de prison ferme et 30.000 euros d’amende (art. 22-32-2).

– Binti accuse aussi Alain Soral d’avoir créé un compte Facebook au nom de la jeune femme où des photos dénudées d’elles avaient été mises en ligne. Si ce fait est également confirmé, la peine maximale est de cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende (art. 434-23).

– L’atteinte aux systèmes de traitement automatisé de données, si le piratage du téléphone portable de Binti est avéré, est quant à elle passible de 2 ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende (art. 323-1).>>

Anthony Bem Cette affaire va sur de très mauvais auspices. Tant que Soral était poursuivi pour antisémitisme, il pouvait jouer au héros citoyen, en se présentant comme une victime de l’oligarchie sioniste. Ce n’est pas le cas dans cette histoire.

En général les démocraties ne mettent les dissidents en prison pour des motifs politiques. On les attend sur d’autres types d’infractions comme les problèmes de mœurs.

@ NDJAMA BENJAMIN ndjama@yahoo.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau