Jonathan Saunders, stressé par le processus de création

13-1.jpg

En septembre dernier, Jonathan Saunders présentait pour la première fois sa collection printemps/été 2013 à la London Fashion Week et il a trouvé ce processus créatif particulièrement stressant.

Ne dites surtout pas au créateur que la mode est une industrie frivole : il ne le supporterait pas ! Il assure en effet que les gens seraient choqués de découvrir la quantité de travail que nécessite la mise en place d’une ligne de vêtements. « Je rêvais de cette collection. Je me réveillais pris de panique à 4h du matin, avait-il révélé dans la dernière édition britannique du Glamour.

Je pense que tout le monde voit un designer comme une personne qui fait juste un croquis pour le tendre à quelqu’un qui le confectionne. Oui, c’est vrai mais on est toute une équipe à travailler très dur pour que les choses se fassent. »

Parmi les pièces que Jonathan propose, on retrouve des hauts nude et des jupes futuristes aux couleurs dorées ou argentées. Ce matériel métallique a également servi à la création de gilets évasés tandis que les robes, elles, se font plus étroites en arrivant aux genoux.

Et pour garder une certaine cohérence dans sa collection, le styliste a dessiné des jupes de même coupe qu’il a associées avec des brassières et des lunettes de soleil.

Jonathan voit la saison printemps/été 2013 comme une continuation de l’automne/hiver 2012 2013 où les mannequins étaient couvertes de vestes ceinturées et de longues jupes vertes et bordeaux. « C’est réactionnaire, a-t-il dit à propos de la création d’une nouvelle collection.

La saison dernière, la femme était très guindée et apprêtée. Cette femme intelligente est toujours l’essence de notre travail mais elle montre un peu plus de peau. Et je pense qu’elle est un peu plus jeune aussi. »

© Cover Media

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau