"Be my slave": fashion ou raciste ?

"Depuis quand l'esclavage est-il devenu une stratégie de marketing appropriée ?"

bemyslave.jpg

"Be my slave", c'est ainsi que la créatrice de mode pakistanaise Aamna Aqeel a nommé sa nouvelle collection. Sur les clichés, un mannequin féminin blanc très chic est accompagné d'un petit garçon noir dont les agissements et l'apparence laissent penser à un esclave: il porte son sac, son parapluie, dort à même le sol, etc

bemyslave1.jpg

La collection est de bien mauvais goût pour la presse pakistanaise et les internautes qui ont vivement critiqué le travail de la styliste. Aamna Aqeelet et le magazine Diva qui a publié les photos sont en effet accusés de faire l'apologie de l’esclavage. "Ce n'est certainement pas fashion" titre le journal L'Express Tribune qualifiant les photographies de "répugnantes" et pointant leur caractère "raciste et colonialiste".

Le blogueur et professionnel de la mode Usama Hamayun est tout aussi virulent à l'égard de sa consœur. "Jouer avec un thème aussi sensible dans un pays où le racisme et le travail forcé sont des problèmes critiques n'est en aucun cas acceptable, ni plaisant esthétiquement", assure-t-il sur Style Inn.

"Depuis quand l'esclavage est-il devenu une stratégie de marketing appropriée ? Nous sommes choqués, comme toute personne qui pose les yeux sur ces images devrait l'être", écrit également le Huffington Post américain. Face aux critiques, Aamna Aqeel a assuré que son but était de dénoncer le travail des enfants au Pakistan.

Quant au jeune modèle noir, il "travaillait dans un garage et cherchait un autre emploi." Ces justifications n'ont pas satisfait les internautes et médias. Et la polémique s'étend sur les réseaux sociaux. La page Facebook de la créatrice a d'ailleurs été fermée ce vendredi.

@lalibre.be

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau