ADN: 50 descendants d'esclaves sur les traces de leurs ancêtres

L’évènement est de Mofa (Motherland facilitation Africa), une association camerounaise apolitique et à but non lucratif. 50 descendants d'esclaves noirs américains, déclarés originaires du Cameroun après les tests ADN, arrivent au pays (ils y étaient déjà en 2010) notamment par l'aéroport international de Douala le 20 décembre. Un ensemble d'activités sera organisé pendant les 16 jours que mettront ces fils et filles, mus par l'appel du destin après leur long «exil involontaire» au pays de l'oncle Sam.

Ateliers et débats, messes œcuméniques, concerts gospel et blues, planting d'arbres sont au programme. Mais, l'activité qui aura la plus marqué cette deuxième expédition des descendants d'esclaves camerounais, c'est le pèlerinage sur le site historique de l'esclavage de Bimbia. Dans le processus de sa viabilisation, ce site de Bimbia va être transformé en un sanctuaire sacré pour l'humanité, à l'exemple de l’îe de Gorée au Sénégal.

Bien plus, «le sanctuaire sacré pour l'humanité n'aura rien à envier à l’île de Gorée, devenu aujourd'hui une destination touristique sans pareil en Afrique, et même dans le monde de par la richesse historique qu'il renferme. L'esclavage n'a pas seulement été une cassure physique, mais il a beaucoup plus été spirituel», informe Mustapha Ali Mboglen, secrétaire général de Mofa. Les recherches montrent d'ailleurs que le Cameroun a donné plus de ses fils et filles en esclavage que les autres pays d'Afrique.

A ce jour, on parle de 1853 Noirs américains déclarés d'origine camerounaise après les tests d'ADN. C'est pour cela que «On my way Home» (retour au pays natal) se veut un concept, un label et une présentation de la Mofa; un concept spirituel qui s'appuie sur une démarche scientifique avec des incidences sociales, culturelles et touristiques; une déclinaison opérationnelle par l'organisation des voyages de groupe au Cameroun et en Afrique, pour une meilleure reconnexion avec la mère patrie, une plateforme d'échanges et de partage de valeurs, d'expériences entre les fils d'Afrique de tous les horizons.

Le concept de OMWH repose sur le constat que «l'unité des peuples noirs de tous les horizons s'avérera une étape incontournable pour reconstruire la personne Africaine originelle, noble et indestructible, seul gage de la pérennité de l’africanité et dont de l'humanité». Il s'appuie sur le fait que «l'énorme souffrance que les peuples d'Afrique ont endurée tout au long de leur histoire récente du fait de l'esclavage et de son interface et corollaire la colonisation».

Mofa ambitionne de «promouvoir les liens d'amitié, de solidarité et de fraternité entre les Camerounais et les fils d'Afrique de tous les horizons; promouvoir le dialogue et la synergie entre les différentes parties de l'Afrique disséminées dans le monde entier; promouvoir à terme l'avènement d'une gestion globale et optimale de l’africanité».

© André T. Essomé Essomé | L'Actu

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau