Visite au Vatican: Les confessions de Biya au pape François

La coopération, l'église, la paix, la sécurité, la pauvreté, la santé, l'éducation, la démocratie... sont, entre autres, les thèmes qui ont été récemment abordés par les deux chefs d'Etat, au Vatican. Paul et Chantal Biya sont de retour au bercail.

biya-chantal-pape-vatican-18-10-2013-003-thn-sqr-250.jpg

Le couple présidentiel, accompagné d'une forte délégation, vient d'effectuer une visite officielle de près d'une semaine au Vatican, à Rome, sur invitation de son homologue, Sa Sainteté le Pape François. Selon le communiqué rendu public, par les agences de presse de la cité du Vatican, peu après la rencontre historique entre le Très Saint Père, le secrétaire pour les Relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti, et Son Excellence Paul Biya, les échanges ont porté sur un certain nombre de sujets aussi bien d'intérêt commun que personnel. En effet, souligne le communiqué, «ces entretiens cordiaux ont permis de se féliciter de la qualité des relations renforcées par l'aboutissement d'un accord-cadre sur le statut juridique de l'Eglise catholique, qui sera très prochainement signé».

EXCELLENCE DES RELATIONS

A en croire des indiscrétions proches de la presse de l'Etat du Vatican et de la délégation camerounaise, Paul Biya, en tête à tête avec François, a apprécié, à sa juste valeur, l'action de l'Eglise catholique dans son pays. Aussi, a-t-il passé en revue, au plan de la santé, les nombreuses réalisations de la kyrielle de dispensaires et d'hôpitaux de référence qui opèrent avec maestria sur son territoire. A titre d'exemple de formation sanitaire au rayonnement continental, le président Paul Biya a cité l'Hôpital Sainte Elisabeth de Shisong, dans la région du Nord-ouest, qui est l'unique centre de cardiologie en Afrique du centre et de l'ouest, où se pratique la chirurgie à cœur ouvert.

Pas moins que le volet éducatif était à l'ordre du jour du menu, servi par Paul Biya, au souverain pontife. A la clef, la multitude d'établissements primaires, secondaires et universitaires catholiques, qui s'occupent, en tout professionnalisme, de l'éducation de la jeunesse camerounaise dans sa globalité. A son tour, révèlent, nos sources, le pape François a salué le dynamisme et la vitalité de l'Eglise catholique au Cameroun. L'on imagine que la situation de l'Archidiocèse de Yaoundé a dû faire l'objet d'une attention particulière, lors des échanges, lorsqu'on sait que cette métropole de l'Eglise catholique au pays est placée, depuis quelque temps, sous l'administration provisoire de Mgr Jean Mbarga, suite à la renonciation de Mgr Victor Tonyè Bakot.

Par ailleurs, apprend-on des Mêmes sources, les deux chefs d'Etat se sont également félicités du climat serein de liberté, observé au Cameroun. Au plan religieux par exemple, cette liberté se traduit par le dialogue interreligieux, l'entente, la tolérance, l'harmonie entre les différentes confessions... Même son de cloche dans la promotion de la paix, la démocratie et la concorde nationale, à travers laquelle l'action de l'Eglise catholique ne cesse de forcer l'admiration. Les présences remarquables de Mgr Dieudonné Watio, évêque de Bafoussam, et de Mgr Joseph Befe Ateba, évêque de Kribi, respectivement Election's Cameroon et au Conseil national de la communication, en sont de parfaites illustrations.

Comme thérapies communes aux problèmes cruciaux du Monde, tels que les guerres, la famine, le terrorisme... le pape François et Paul Biya proposent à la communauté universelle, une mondialisation de la fraternité et de la solidarité. Satisfait de l'accueil qui lui a été réservé, ainsi qu'à la délégation qui l'accompagnait, le président de la République a rendu la politesse à son homologue, en l'invitant dans son pays. L'offre a reçu une réponse favorable.

© Marie Tjani | Le Soir

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau