Un faux Jean Paul Akono démasqué à Yaoundé

Alain Christian Tsague Tchaiwou s’est fait prendre alors qu’il venait d’extorquer la somme de 1,5 millions Fcfa à un jeune joueur camerounais résidant en Europe, en se faisant prendre pour le messager du sélectionneur national de l’équipe fanion de football du Cameroun. L’infortuné médite déjà son sort à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé.

Il y a été déféré par un procureur de la République près du tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif depuis mardi 22 janvier 2013. Alain Christian Tsague Tchaiwou, la trentaine atteinte, était spécialisé dans l’escroquerie à travers les réseaux sociaux. Ses principales victimes étant les jeunes joueurs de football de nationalité camerounaise, et évoluant en Europe.

Mais vendredi le 18 janvier 2013, il a été stoppé net par un flic en civil de la police judiciaire et des éléments du commissariat du premier arrondissement de Yaoundé, alors qu’il s’apprêtait à percevoir la rondelette somme de 1,5 million de francs dans une agence de transfert d’argent située au lieu dit score à Yaoundé. « Se présentant comme étant le messager de Jean-Paul Akono, Il avait contacté un jeune joueur camerounais évoluant en Europe pour lui demander de lui verser la somme de 1,5 millions de francs pour se faire présélectionner pour le match amical devant opposer le Cameroun à la Tanzanie.

Après avoir expédié l’argent, la victime qui avait heureusement le numéro de téléphone de Jean-Paul Akono l’a contacté par la suite pour l’en informer afin d’avoir un peu plus de chance. Mais il a plutôt trouvé un Jean-Paul Akono surpris par cette transaction au bout du fil », explique le 2ème adjoint au commissaire du commissariat du 1er arrondissement de Yaoundé.

C’est à la suite de cette « dénonciation » que le sélectionneur national des Lions indomptable saisit un élément de la police judiciaire qui se fait accompagner par des flics du commissariat du 1er arrondissement au lieu du retrait d’argent. Et y étant, ils mettent la main sur cet imposteur.« Avant de partir pour l’Afrique du Sud, Jean-Paul Akono a déposé une plainte dans notre unité de police.

C’est ainsi que l’enquête ouverte a permis de déférer le coupable pris la main dans le sac au parquet, puis à la prison centrale de Kondengui où il médite actuellement son sort », conclu l’officier de police troisième grade.

Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau