Transports: De vieux avions obstruent Nsimalen

Le Ministre Robert Nkili a effectué une descente sur le terrain hier mardi.

les-vieux-avion.jpg

La capitale camerounaise, Yaoundé, accueille les 24 et 25 juin prochains un sommet de Chefs d'Etat et de gouvernement des Communautés économiques de l'Afrique centrale (Ceeac) et de l'Ouest (Cedeao), destiné à la sûreté et à la sécurité dans le Golfe de Guinée. Cette rencontre, qui regroupera quelque 500 délégués, connaîtra aussi la participation d'organismes mondiaux et d'observateurs venus d'Allemagne, de Belgique, du Brésil, de Chine, d'Espagne, des Etats-Unis, de France, de Grande Bretagne, du Japon et de Russie. A une semaine de cet important rendez-vous que doit accueillir le Cameroun, sa porte d'entrée n'est pas encore prête.

Constat fait hier mardi, par le Ministre des Transports. Robert Nkili s'est rendu à l'aéroport international de Yaoundé Nsimalen pour faire le check-up sur l'état de santé de cette infrastructure. Premier constat: trois avions sont stationnés sur la plateforme d'accueil de l'aéroport, sans espoir de décoller dans les Prochains jours. Il s'agit notamment du «Dja» national, le plus gros appareil de la compagnie nationale Camair-co, «qui est en panne», a ironisé le Ministre des Transports, un Jet privé et un appareil de Meridian Airways. Pour ce dernier cas, le Mintransports a instruit le Directeur Général des Aéroports du Cameroun (Adc), «qu'il soit dégagé tout de suite pour libérer l'espace.

Il va devenir un musée», a martelé Robert Nkili, qui a annoncé que, jusqu'à la veille de l'arrivée des hôtes du Cameroun, il continuerait à faire des descentes de contrôle pour s'assurer que l'aéroport est prêt. En effet, car, l'un des beaux joyaux du Cameroun souffre de quelques maux. Un seul, des deux escalators fonctionne. Même si l'un des techniciens des Adc a rassuré le Mintransports qu'il sera prêt demain jeudi. L'un des deux ascenseurs est en panne. «Les travaux sont déjà très avancés», a confié Robert Nkili pour qui, il reste quelques coups de pinceaux ici et là.

© JUSTIN BLAISE ÀKONO | source: mutations

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau