Tchad-Cameroun: la sécurité, une préoccupation commune

Arrivé à Yaoundé dans la matinée du jeudi 22 mai 2014 dans le cadre d’une visite d’amitié et de travail au Cameroun, le Président Idriss DEBY ITNO a eu dans l’après-midi, un entretien de deux heures avec le Président Paul BIYA au Palais de l’Unité.

Idriss deby au cameroun biya 22052014 002 thn 475

Idriss Deby et Paul Biya - Yaounde - 22/05/2014 Photo: © P.R.C.

Arrivé à Yaoundé dans la matinée du jeudi 22 mai 2014 dans le cadre d’une visite d’amitié et de travail au Cameroun, le Président Idriss DEBY ITNO a eu dans l’après-midi, un entretien de deux heures avec le Président Paul BIYA au Palais de l’Unité. S’il est évident que les deux Chefs d’Etat ont passé en revue la coopération bilatérale et sous-régionale dans le cadre de la CEMAC, il est aussi vrai que la question de la sécurité a été au centre de leurs entretiens au lendemain du sommet de Paris sur la sécurité au Nigeria.

De fait, lors du déjeuner offert en l’honneur du Président tchadien, le Chef de l’Etat, après un rapide tour d’horizon de la coopération fructueuse entre les deux pays au plan bilatéral et sous-régional, a déclaré, comme pour situer l’enjeu de cette visite : « Aujourd’hui, ce qui nous préoccupe le plus touche à la sécurité de nos deux pays. », avant d’expliquer : « Les événements qui ont déstabilisé la RCA et l’activité terroriste de Boko Haram à partir du Nigeria, deux pays avec lesquels le Tchad et le Cameroun partagent une frontière commune, ces événements, dis-je, présentent un caractère évident de gravité pour la sécurité de nos pays. » En ce qui concerne la RCA, le Président BIYA a relevé la participation des deux pays au processus de pacification en cours, espérant que l’engagement actuel de la communauté internationale permette de mener heureusement à terme ce processus.

S’agissant des « menées terroristes de Boko Haram, qui (… ) demeurent une menace permanente à la paix et à la sécurité au Tchad et au Cameroun », le Chef de l’Etat a noté que le sommet de Paris y a apporté un certain nombre de réponses. « Les dispositions qui ont été approuvées par les participants devront être mises en œuvre dès que possible, au plan régional comme au plan bilatéral », a encore déclaré le Chef de l’Etat, soulignant que « le Cameroun est disposé à examiner avec le Tchad, dans les moindres détails, les conditions dans lesquelles ces dispositions pourront être appliquées, qu’il s’agisse de patrouilles coordonnées, de partage du renseignement, d’échange d’information ou de mécanisme de surveillance des frontières. » Car, a-t-il conclu, « pour des pays comme les nôtres, la sécurité est un impératif.

Elle commande non seulement notre stabilité politique, mais aussi nos efforts de développement. » Pour sa part, le Président Idriss DEBY ITNO s’est dit persuadé que le Cameroun, en tant que « maillon économique essentiel de la sous-région doit jouer un grand rôle en Afrique centrale ». Face aux nouveaux défis qui se présentent à eux, a poursuivi le Chef de l’Etat tchadien, les deux pays doivent mutualiser leurs moyens et leurs efforts pour y faire face plus efficacement, mais aussi agir avec d’autres pays. Le Président DEBY a lancé un appel retentissant aux musulmans du Tchad, du Cameroun et du reste du monde à condamner et à combattre « l’obscurantisme et les obscurantistes de Boko Haram », car les actes de cette secte islamiste n’ont rien à voir avec l’islam.

Source: © P.R.C.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau