Suite a la mort d'un "patient" Vendredi 25 Janvier 2013, Des «docta» introuvables a Nyalla

medoc.jpg

Samedi 26 janvier 2013 : il est 8h30. Tous les kiosques de vente de médicaments et pratique de soins sont fermés au lieu-dit Nyalla Château.

D’habitude, on en dénombre une dizaine dans un rayon de 100 mètres de part et d’autre du marché.

C’est que la veille, le 25 janvier, le nommé Engilbert Owona a trouvé la mort dans un box de pharmacie, en face d’une des poissonneries du château d’eau de Nyalla.

« Engilbert Owona est arrivé un quart d’heure avant 18h. Nous buvions avec Docta au bar et ce dernier est allé s’occuper de lui », raconte un officier de la marine, témoin de la scène. Peu après 18h, « nous avons vu Docta détaler rapidement en nous laissant même sa bouteille de petite Guinness. Il nous a affirmé avoir un malade à voir urgemment près de son domicile », poursuit un autre client du bar. C’est une jeune fille qui viendra 15 mn plus tard signaler la présence d’un corps sans vie dans le kiosque de « Docta ».

Les sapeurs pompiers du Port autonome de Douala (Pad) ont transporté la dépouille à la morgue de la garnison militaire à Bonanjo. La Police judiciaire a identifié le défunt comme chef magasinier au Pad, âgé de 54 ans. Un agent du commissariat du 11e arrondissement a procédé à la fermeture du box de pharmacie.

Une enquête est ouverte par la Pj pour déterminer l’origine de la mort d’Engilbert Owona et mettre la main sur le praticien de médecine dans le local duquel il a trouvé la mort. Même comme des informations recueillies sur place évoquent la thèse d’une injection qui aurait mal tourné, le patient Engilbert Owona « étant diabétique et hypertendu », à en croire des proches parents.

© MESSI BALA | Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/01/2013