Sérail: Paul et Chantal Biya brouillés?

 

Les Camerounais sont versatiles, exigeants dans une démagogie qui leur permet de vouloir tout et rien au même moment. Ils ignorent ou ne veulent pas accepter que, partout dans le monde, les couples présidentiels, ont avant tout une vie privée comme tout le monde dont personne n'a le droit de violer ou de fouiller les coulisses. Au-delà des hommes politiques, les stars, les grands sportifs et les richissimes hommes d'affaires sont jaloux de leur intimité car, elle assure leur sécurité et leur stabilité.

Le paradoxe camerounais.

Quand Paul Biya prend celle qui était Chantal Vigouroux comme épouse, une certaine opinion plus ou moins jalouse estimait que cette dernière qui ne jouait que son rôle protocolaire digne de son rang, était envahissante du fait qu'elle ne voulait pas qu’une autre femme frappe à l'œil de son illustre époux. Par méchanceté, certains zélés sont allés jusqu'a fouiller le passé de la première dame dans un mélange de fantasmes et de volonté délibérée de détruire son image ravissante. Les œuvres humanitaires de Chantal Biya et son rayonnement sur la scène mondiale allaient taire ses détracteurs qui ne trouvaient plus quelque chose à lui reprocher.

Chantal fait "la grève"

Une certaine version lie l'absence prolongée de la première dame au refus sec de son président de mari de se séparer de certains hauts cadres de l'appareil sécuritaire de l'Etat, dont elle aurait exigé le limogeage comme condition de son retour au palais. Pour quels motifs? Pour l'heure, motus et bouche cousue... D'autres sources très souvent crédibles indiquent pour leur part que "l'exil conjugal" de Mme Biya trouverait sa source dans l'arrestation de l'époux de sa grande amie. Indice: cette amie chère à la première dame a été, dans un passé récent, coordonnatrice du Cerac (Cercle des amis du Cameroun). Du n'importe quoi? On peut s'en indigner, dans un Cameroun où les rumeurs sont de plus en plus folles.

Et Paul Biya alors?

Il y a encore quelque temps ses détracteurs évoquaient ses problèmes de santé et son souci de sécuriser sa fortune en Occident. Les plus illuminés n'ont pas manqué de sortir des caniveaux l'information selon laquelle Paul Biya ne voyageait plus parce que la France lui avait interdit le survol de son espace aérien, quand le Chef de l'Etat a passé plus de 08 mois sans prendre l'avion pour l'occident... Depuis son dernier voyage, les sons de cloches d'intoxication résonnent de partout.

De ceux qui prétendent qu'il est parti assister à l'avènement au monde de son enfant, à ceux qui prétendent qu'il est parti en sapeur-pompier au chevet de son épouse malade, chacun va de ses incantations sans que cela ne perturbe la sérénité du couple présidentiel.

EKWO Bilé | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau