Opération epervier – retro 2013 : la gloire après l’abandon des poursuites

Haman Adama recouvre la liberté après le remboursement du corps du délit et se voit confier la vice-présidence de la commission régionale de campagne dans le Nord.Haman adama2 512x365

Après plusieurs reports dans l’affaire ministère public et Etat du Cameroun contre Haman Adama, ex ministre de l’Education de base et autres, pour détournement de deniers publics en coaction, le tribunal a accédé à la demande d’arrêt de poursuites contre les accusés. Une décision qui se fonde sur la restitution du corps du délit par ces derniers, soit 212 millions versée au Trésor. Mais la déchéance prononcée contre leurs clients n’est pas du goût de la défense qui entend introduire un pouvoir en cassation. Il est 12h25 min lorsque le président Yap Abdou commence la lecture. Le temps va s’arrêter aussi bien pour les accusés que pour les familles et amis venus assister à cette audience. Tous les regards sont tournés vers le président de la collégialité.

Après lecture des différents arrêtés et textes créant le Tribunal criminel spécial, le rappel des faits reproché aux accusés, et au regard des pièces versées qui attestent de l’effectivité de la restitution du corps du délit, il constate l’extinction des poursuites contre Haman Adama et les autres accusés. Un verdict qui vient confirmer la demande de l’arrêt des charges contre ceux-ci, sollicité par le procureur de la République sur autorisation du ministre d’Etat chargé de la Justice par correspondance N° 214 du 18 septembre 2013. La seule fausse note aura été la déchéance prononcée qui divise la défense et le tribunal. La déchéance telle que définie est la destitution et l’exclusion de toutes fonctions, emploi ou office public, assesseur, expert, juré d’expert, interdiction d’être tuteur, curateur, subrogé tuteur si ce n’est de vos propres enfants.

Interdiction de porter de décoration, servir dans les forces armées, tenir une école, enseigner dans un établissement d’instruction. Me Ayissi Noah, conseil de Haman Adama, souhaite que soit levée cette mention parce que la restitution a été faite avant la saisine. «La satisfaction est une évidence bien qu’elle ne soit pas totale. L’article 18 nous fait bénéficier de l’arrêt des poursuites en même temps de la levée de détention provisoire. Mais le problème se trouve au niveau de la déchéance. La question que la défense se pose est la suivante: à quel moment est intervenue la restitution, avant ou après la saisine ? Or lors de la première audience le 11 juin 2012, la restitution était déjà faite.

En toute humilité, la restitution du corps du délit effectuée en février et la juridiction saisie en juin, la restitution a eu lieu avant la saisine. La déchéance ne saurait être prononcée contre les accusés » conclut-il. Un souhait auquel le tribunal ne donnera pas une suite. Mais Haman Adama est réconfortée quelques jours après sa sortie par le comité central du Rdpc. La sortie de Haman Adama, coïncide avec la campagne pour les législatives et les municipales 2013, une occasion que saisissent les responsables du parti au pouvoir, fort de sa capacité de mobilisation dans la région. Malgré la déchéance prononcée, Haman Adama est nommée vice-présidente de la commission régionale de campagne pour le Rdpc dans le Nord. Un choix bien accueilli par les nombreux militants venus saluer et acclamer cette militante qui aura été absente pendant 3 ans.

© Le Jour : Moïse Moundi

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau