Mayo-Danay: Deux morts autour d'un pot

 

Les populations du Mayo-Danay sont en émoi depuis le 21 novembre dernier, suite à l'assassinat de deux jeunes gens dans des circonstances tumultueuses. Selon les témoignages concordants, le nommé Mersia Ratouane et ses compagnons étaient en train de se délecter comme d'habitude autour d'une bouteille de «harki», alcool de fabrication artisanale très prisé en milieu paysan.

L'apparition du nommé Bouba Voumvoumdi vient rompre la quiétude au sein du groupe, puisque celui-ci renverse délibérément la bouteille d'alcool que Mersia et ses camarades de misère étaient en train de consommer. L'intrus ne voit aucune obligation morale à s'excuser. Mieux, il estime tout à fait normal l'acte qu'il vient de poser. Tous ceux qui étaient en train de consommer cet alcool sont remontés contre lui. Les invectives s'en suivent. L'adrénaline monte vite. Les coups de poing fusent de toute part. Bouba Voumvoumdi sort alors de son fourreau un couteau soigneusement dissimulé au niveau des hanches et le flanque au niveau des reins de Mersia Ratouane qui s'écroule. Il est mortellement atteint. L'infortuné est vite transporté de Rouane, lieu de la bagarre, pour Wina, le chef-lieu d'arrondissement. Mais il rend l'âme avant d'atteindre l'hôpital.

C'est ainsi que cet affrontement prend une autre tournure et devient un heurt entre deux villages. Les populations de Rouane se soulèvent. Armes blanches en main, elles se rendent dans le village de l'assassin, à savoir dans la localité de Badal au Sud de Yagoua. Les populations de ce village, sachant qu'une expédition punitive est organisée contre elles, ont vite fait de décamper. Une seule personne n'a pas suivi les autres : Célestin Kamsemdi. Le jeune homme de 32 ans, roué de coups par les assaillants, meurt sur le champ. Il laisse une veuve et un enfant. Les recherches sont entreprises en vue de mettre la main sur Bouba Voumvoumdi, celui par qui le scandale est arrivé. Les brigades de gendarmerie de Wina et de Yagoua ont ouverts des enquêtes.

© Patrice MBOSSA : Cameroon Tribune

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau