Manipulation: Qui en veut au Président de l'Assemblée nationale?

Les élites du Grand-Nord et associés mettent près de 500 millions pour avoir la tête de Cavaye Yeguié Djibril.

cavaye

Un adage dit: qui vit haït de tous, ne saurait longtemps vivre. Telle semble être la volonté du rouleau compresseur mis en place par certaines personnalités et les élites du Grand-Nord pour une fois pour toute rayer le Président de l'Assemblée nationale de la haute sphère de la vie politique du Cameroun. Étonnement, le 27 février 2013 convoquant le collège électoral en vue des sénatoriales du 14 Avril 2013. Le Président de la République n'avait pas prévu que l’événement tant attendu allait aussi être le début des malheurs du digne fils de Tokombéré son plus proche collaborateur.

Président de l'Assemblée nationale depuis 21 ans, cet homme autrefois très aimé de ses camarades du parti, est devenu depuis quelques temps, un oiseau de mauvais augure dont la manifestation d'un quelconque passage présage des lendemains tristes pour une communauté. Certains analystes interprètent ces plans de destruction contre le PAN comme un signal fort adressé au Chef de l'Etat comme pour lui faire comprendre que nous commençons par le plus faible, ensuite ce sera son tour. Tout a commencé le 03 Mars dernier avec la volonté de Cavaye Yeguié Djibril de se porter candidat aux élections sénatoriales du 14 Avril 2013 pour le compte de l'Extrême-Nord où l'attentaient Sali Dairou, Koulsoumi AbbaKabir, Adama Modi et Ahmadou Ali caché dans l'ombre pour attiser le feu.

Le Président de la République Paul Biya à qui on reproche le manque de collaboration avec le Président du parlement savait pourtant que les Députés du RDPC devaient être non partants dans cette course. Ce qui selon les analystes politiques est tout à fait normal dans la mesure où la loi n'interdit pas à un Député d'être candidat aux élections sénatoriales mais refuse plutôt le cumul des deux fonctions. Paul Biya aurait donc en toute logique signifié à Cavaye Yeguié Djibril et à tout autre Député que leurs candidatures dans le cadre de son parti n'étaient pas acceptées. Une chose qui allait éviter que l'on se retrouve dans cette espèce de chasse à l'homme dont est victime le Président de l'Assemblée nationale. Paul Biya aurait-il exposé Cavaye Yeguié Djibril? Mais tout compte fait, le commun des Camerounais sait que l'homme du 06 Novembre 1982 n'est pas dupe, et n'entend pas se prêter au vacarme assourdissant d'un groupe de personnes qui n'a aucun souci pour l'intérêt national mais qui se cache derrière un système de pouvoir indescriptible pour régler leurs comptes à leurs adversaires. Pour rappel mémoire lorsqu'en 2011 le Pan montait au créneau pour dénoncer avec la dernière énergie la mauvaise santé de la Sodecoton et les routes tortueuses du Nigeria dont le coton Camerounais prenait la direction, ce fut là sa déclaration de guerre contre les élites du Grand-Nord originaires du Nigeria vivant au Cameroun avec pour chef de fil Iya Mohammed.

Son enracinement dans le régime donnerait des tremblotes à toute personne qui oserait pointer un doigt accusateur sur sa mauvaise gouvernance de la Sodecoton encore moins de la Fécafoot. C'est pour cette raison qu'on lui aurait donné le pseudonyme de tombeur des Ministres de sport car bien de Ministres ont laissé des plumes en volant s'opposer à lui. Quant à l'honorable Sali DaTrou, ancien Ministre de la fonction publique et de la réforme administrative, qui voit en Cavaye Yeguié Djibril celui qui a monté le Président Paul Blya à le limoger du gouvernement et pourtant selon les sources dignes de foi, Garga Haman Adji et Cavaye Yeguié ont été pour beaucoup dans sa nomination à la tête du Ministère de la fonction publique. C'est un détail de tous les membres du sérail.

Aujourd'hui coincé par son immobilisme de ne pouvoir convaincre l'homme lion, Sali Dakou en complicité d'avec d'autres élites de Maroua et Garoua auraient débloqué des sommes mirobolantes au profit de certains organes de presse pour étouffer la vie politique de celui qui a rendu de bons et loyaux services au sein de l'Assemblée nationale depuis 1970, 43 ans aujourd'hui: dans un pays de 475.500 km2 avec une population estimée à plus de 20 millions d'habitants, si la volonté des dieux a fait de lui la deuxième personnalité d'une telle République, n'est ce pas là une bénédiction? A quoi peuvent servir les dossiers noirs du Président du parlement qui a consenti ses efforts pendant 21 ans pour améliorer la vie des camerounais.

Le complot contre le numéro un de l'hémicycle de Ngoa-Ekellé a projeté ses tentacules au niveau du premier Ministère, où le locataire de l'immeuble étoile Yang Philémon aurait demandé au Directeur Général de l'ENAM de renvoyer les 04 candidats recommandés par le Pan. Même si cette campagne de sabotage prend les allures d'une sorte de subversion contre un système de gouvernement. Le bouchon est poussé plus loin en établissant des tracts pour réclamer 500 millions qu'aurait détournés le Pan. Ces honorables Députés semblent oublier une chose, la maladie qui tue la poule peut aussi tuer le canard parce tous font partir de la basse-cour. Pourquoi avoir attendu que le Pan dépose sa candidature pour exhumer des affaires montées de toutes pièces. Une situation qui laisse dégager une forte d'odeur, d'un coup qui a été monté contre Cavaye Yeguié Djibril.

Le poste de Président de l'Assemblée nationale semble âprement discuté même par les ressortissants des régions du Centre et du Sud puisque dernièrement c'est l'honorable Nga Koumda Député RDPC de la Lékié qui montait au créneau pour fustiger son Président ,ce qui montre à suffisance que le fils de Mora serait victime d'un certain nombre de rancœurs et que le moment était venu pour ses ennemis d'en découdre avec lui. Et Paul Biya qui reste le maître du jeu pourra-t-il régler ce combat politique en nommant Cavaye Yeguie sénateur parmi les 30? Une question savamment posée quand on sait que dans 06 mois, il y aura d'autres élections au niveau de l'Assemblée nationale et compte tenu de l'arsenal de guerre déployé pour renverser le patron de l'hémicycle, résistera-t-il face ses adversaires s'il n'est pas Sénateur? La place de son frère Amadou Ali auprès de Paul Biya en relation avec les Assemblées n'est-elle pas la marmite qui fera cuire la chair de son frère Cavaye Yeguié?

Dans tous les cas, les dés sont jetés, dans quelques jours nous connaîtrons le nouveau visage politique du Cameroun qui conduira le pays vers l'émergence à l'horizon 2035, mais ce que nous devons retenir est que la paix comme socle des libertés et développement, une fois de plus notre Chef de l'Etat est interpellé, lui qui a toujours fait de la paix son leitmotiv dans le développement du Cameroun.

© LCN | L'Epervier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau