Lieu dit Village: Un voleur brulé vif - l’infortuné a été surpris en train de démonter la batterie d’un camion

Les populations du lieu dit Entrée école sur l’axe Lourd Douala-Yaoundé, qui n’ont eu aucune gêne à appliquer la vindicte populaire disent avoir surpris l’infortuné en train de démonter la batterie d’un camion. « Il a été pris en flagrant délit en compagnie de ses complices qui ont filé à l’anglaise à l’aide d’une moto subtilisant la batterie d’un camion. Il ne savait pas que les gardiens veillaient au grain », apprend-on. Mal lui en prendra parce qu’à peine la salle besogne entreprise, il est arrêté, battu à mort et brûlé par les populations en furie. « Nous en avons marre. Nous ne pouvons plus dormir en toute quiétude à cause de ces hommes sans foi ni loi qui nous visitent nuitamment. Au lieu de les remettre à la police, nous allons les passer au feu. Pour nous, c’est la manière la plus correcte qu’il soit », se plaint un habitant. Les restes de l’infortuné dont l’identité n’a pas été communiquée ont été emportés par les sapeurs pompiers qui se sont chargé bien avant d’éteindre les flammes.

Il faut dire que ce quartier comme bien d’autres d’ailleurs est réputé être la chasse gardée des malfrats qui opèrent nuitamment. Parfois avec des armes sophistiquées. « Nous vivons dans une sorte de psychose qui fait qu’à chaque instant, vous pouvez être la cible de ces jeunes camerounais qui choisissent la voie de la facilité », déclare un chef de bloc. En plus, affirme-t-il les comités d’auto-défense malgré une volonté affichée ont tôt fait d’abdiquer. « Parce que vous ne pouvez pas avoir en face des gens armés parfois jusqu’aux dents et prétendre qu’avec de simple gourdins et machettes vous pouvez les désarmer. Et puis il faut payer ceux qui veillent sur vous lorsque vous êtes endormis ». Passées les fêtes de fin d’années, le grand banditisme semble reprendre du poil de la bête dans la cité économique.

© Le Messager

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau