La preuve des milliards de fcfa détournés par des attachés militaires des ambassades

Dans notre édition N°1577 du 4 mars 2014 nous publions un article sur les salaires mirobolants des attachés militaires affectés dans les Ambassades du Cameroun à l’étranger, mais qui sont curieusement en villégiature au pays tout en touchant leur solde avec le statut de diplomate.

Edgar alain mebe ngoo et militaire 512x343

Voici la preuve . NOUS L’ANNONCIONS, dans notre édition N°1577 du 4 mars 2014 que nous avons en notre possession des bulletins de solde des attachés militaires affectés dans les Ambassades camerounaises à l’étranger que nous allons publier. Après avoir voulu garder cela confidentiel, plusieurs hommes en tenue nous ont interpellés pour soutenir que nous avions fait dans la fausse information pour créer la zizanie au sein du personnel militaire du Ministère de la défense. Ces diplomates militaires qui continuent à résider au pays tout en jouissant d’une solde colossale relevant de leur statut font dans le détournement de deniers publics.

Dans cette édition, nous allons rompre la confidentielle en publiant le bulletin de solde de l’attaché militaire de l’Ambassade du Cameroun au Brésil. Il ressort que pour ce personnel non-officier, Marechal de Logis chef de la Gendarmerie nationale, Echelle 4, son salaire net à percevoir comme l’indique son bulletin de solde du mois de janvier 2014 est de 1 671 385 Fcfa (Voir facsimilé). On peut lire sur ce bulletin qu’il a pour résidence, le Brésil, mais qu’il perçoit son solde à la Bicec de Biyem-Assi. Curieux ! On imagine combien un officier affecté comme attaché militaire dans l’une des Ambassades du Cameroun à l’étranger coûterait au contribuable camerounais. Et lorsque les indiscrétions font état de ce que leur effectif est près de 300 officiers et sous-officiers confondus qui jouissent de ce statut, ceci depuis au moins deux ans. Mais à la consternation de tous, ils ne sont toujours pas à leur poste d’affectation. Why not ? Difficile de dire avec exactitude les raisons de ces abandons de poste qui est une faute très lourde dans l’armée et bizarrement, dans le cas d’espèce reste impunie.

Un petit calcul arithmétique fait remarquer que c’est en moyenne 500 millions Fcfa qui sont ainsi alloués par mois dans le budget solde de l’Etat du Cameroun. Soit près de 6 milliards Fcfa par an. Et depuis près de trois ans que cette situation perdure, le contribuable camerounais s’est vu soulager de près de 20 milliards Fcfa. Une importante affaire de détournement de fonds publics sur laquelle la Conac et l’Anif devraient s’intéresser, ainsi que la Cour des comptes et le Sénat. Mais à la surprise de tous et particulièrement des hommes en tenue, cet état de chose reste sans conséquence pour les coupables. Certainement qu’ils y a des complicités et des soutiens hauts placés aussi bien au Mindef que dans les hautes sphères de l’Etat. Comment pourrait-il en être autrement, lorsqu’on sait que l’armée camerounaise est la précieuse fille du président de la République, Paul Biya. Cela ne fait l’ombre d’aucun doute. Les faveurs dont elle jouit sont sans pareil.

Fort de ce statut particulier dans le fichier du personnel de l’Etat, chaque gradé ne s’empêche plus d’abuser d’elle. Après l’affaire des émoluments des magistrats, voici que le scandale du solde des attachés militaires agite le landernau. On le disait encore, dans les villes de Yaoundé et de Douala, la présence de nombreux officiers et sous-officiers sans unités de commandement qui écument les milieux Vip, suscitent les conversations aussi houleuses que contradictoires. Il s’agit notamment des militaires affectés comme Attachés militaires dans les Ambassades du Cameroun à l’étranger, particulièrement dans les pays d’Europe et d’Amérique. Et depuis la publication de cet article qui a fait la grande une de notre journal, on a été assailli par des coups de fil de soutien des hommes en tenue qui estiment qu’on venait de taper dans la fourmilière.

En espérant que cela fasse bouger les lignes dans les jours à venir. Pis encore, certains ne s’empêchent de ponctionner de manière ostentatoire le trésor public, certains continuent d’occuper les maisons de fonction de leur dernier poste et même retenir par devers eux des véhicules de service de l’armée avec lesquels ils se pavanent comme arme d’influence. Conséquence, ces diplomates militaires en divagation, se contentent d’écumer la République, narguant leurs collègues en poste en entretenant sous leur nez et leur barbe, des réseaux maffieux et des trafics d’influence. Ils montent des Pme que leurs épouses ou des membres de famille, gèrent par procuration. Lorsque ce n’est pas dans des grands chantiers de construction des immeubles avec le fruit de toute cette manne qui vient gonfler un salaire mirobolant «d’expatrié vivant dans son propre pays». André Som

© Aurore Plus : André Som

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau