France - Cameroun : Longuè Longuè en danger de mort en prison

Simon Longkana Agno, connu sous son nom d’artiste « Longuè Longuè » a été incarcéré à la prison de Draguignan en France où il a passé 3 mois en 2006, et 4 mois en 2010.

Longue longue

Condamné pour la première fois le 16 septembre 2010 à 10 ans d’emprisonnement ferme, et ayant par la suite bénéficié d’une remise en liberté conditionnelle, longuè longuè a été confondu dans une sombre affaire de viol sur mineure. La victime, nommée Poupina mbassi, âgée de 15 ans à l’époque des faits, est la nièce de chantal ebéné ex madame hofbauer, devenue le 7 août 2004 à la mairie de lormont à bordeaux, madame Simon longkana agno, cousine de l’ancien international de football camerounais lucien mettomo. Etablie depuis des décennies dans l’Hexagone, la mariée est alors promotrice d’un grand restaurant « Ambassade exotique » au 74, Cour Victor hugo, à bordeaux et propriétaire d’ «Affirmatif Coiffure », un salon de beauté de luxe. Selon d’autres indiscrétions, longuè longuè aurait même tenté d’abuser de la fille d’une certaine annie Pechoux, l’amie de son épouse qui résidait à Nantes.

L’affaire dont les autorités judicaires françaises avaient été saisies par clément hofbauer le fils ainé issu du premier mariage de chantal ebéné à la suite des dénonciations de la victime, avait conduit le 20 novembre 2005 à une confrontation marathon de huit heures de temps de celle-ci, madame Longkana Agno, avec le juge d’instruction. Il semble aussi qu’à l’époque, le chanteur qui est soupçonné d’avoir convolé en noces dolosives pour obtenir des papiers, intéresse les services de renseignements généraux français et dont l’absence dans le foyer conjugal ne passe pas inaperçue.

Davantage, il s’était commué en pourfendeur de son épouse qu’il aurait continuellement narguée, des enregistrements téléphoniques faisant foi, se vantant de son charme opéré sur ses nièces. longué longué avait été interpellé pour la première fois le 19 novembre 2005 à 4 heures du matin à Nantes après qu’il ait eu donné un concert dans une discothèque au 19 boulevard Gustave roch. Jusqu’à sa condamnation en appel le 2 décembre 2011 à 8 ans d’emprisonnement fermes pour viol, et après 2 jours d’audience par le Tribunal de grande instance d’Angoulême, dans la région Poitou-Charentes, chère à Ségolène royal, Simon Longkana Agno comparaissait libre.

Depuis, arguant de son statut de délinquant primaire et de sa bonne conduite, compte non tenu de ce qu’au total il aurait déjà purgé au total quelque 4 ans de prison, « Le libérateur » las d’attendre une éventuelle extradition de la part des autorités françaises, ou une mise en liberté conditionnelle, s’est tourné vers celles de son pays. Selon des sources judiciaires, longuè longuè connu pour son caractère impulsif mais devenu curieusement docile, aurait saisi le sommet de l’état pour infléchir l’elysée. Il se sentirait en insécurité et recevrait régulièrement des menaces de mort surtout de la part des autres pensionnaires de sa prison. Ceux ci, qui ne respecteraient que des vrais « durs », des caïds, et n’auraient que du mépris pour les lâches, digéreraient mal les crimes de viol, surtout ceux perpétrés sur des enfants. Ils seraient ainsi déterminés, à faire payer à leurs auteurs cette ignominie, qu’importent les méthodes et les moyens.

Les cas d’agressions et les prises d’otages étant actuellement au menu des prisons françaises, il redoute le pire. Reste maintenant pour le chanteur qui manifestement ne veut plus mourir pour personne, à espérer que sa correspondance voulue comme son nouveau single qui aurait pu être baptisé « Sauvez Longuè Longuè ! », véritable complainte composée du fond de sa cellule où il redoute des représailles, trouve écho favorable auprès du très distingué public d’etoudi pour lequel elle est adressée.

© Source : Le Courrier

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau