Concurrence: Turkish Airlines contre Camair-Co

La compagnie nationale turque a ravi 50% du marché en quelques mois d'exploitation.

camerco.jpeg

En trois ans d'existence, la compagnie nationale aérienne du Cameroun n'a toujours pas atteint ses objectifs, notamment, en termes de remplissage de son Boeing 767, plus connu sous le nom Le Dja. Le Directeur commercial de la compagnie, Christian Perchat, l'a reconnu au cours d'un point de presse vendredi dernier à Douala. Selon lui, trois raisons expliquent ces difficultés. «La première, c'est le déficit en termes de produit, qui, encore une fois, n'est pas mauvais, mais qui n'est pas au niveau des autres.

En particulier, ce qui nous pénalise un peu, c'est le manque de distraction à bord: tous ces gadgets avec le son, la vidéo, les films qui manquent», a relevé le Directeur commercial de la Cameroon Airlines Corporation. La deuxième raison évoquée est consécutive aux irrégularités dans l'exploitation au mois de juin. «On a eu quelques annulations de vols, quelques retards», a déploré le Directeur commercial. Enfin, l'offre du marché entre le Cameroun et l'Europe en 2013 n'est pas la même que l'année dernière. Il faut noter l'arrivée dans le ciel camerounais de nouvelles compagnies, dont la plus récente est Aéro Contractor, une compagnie privée basée au Nigéria. Une chose qui rend la concurrence encore plus rude. A ce propos, Christian Perchaut a affirmé qu'«on a, en particulier, la compagnie turque qui a pris plus de 50% du marché en quelques mois, entre le Cameroun et l'Europe». Il faut noter que Turkish Airlines est présente au Cameroun depuis le 21 décembre 2012, et donc depuis moins de sept mois.

Un nouvel avion en négociation

Pour répondre à cette conjoncture défavorable et aux besoins d'une clientèle toujours plus exigeante, Camair-Co a opté pour une solution transitoire. Celle-ci consiste, dans un premier temps, à «réactiver un certain nombre de canaux sons et à remettre les films à bord dans un délai relativement court». Ceci, explique Christian Perchat, dans le but de rendre les voyages plus attractifs à bord des avions. Par ailleurs, des négociations sont en cours avec des partenaires de la compagnie en vue de la doter d'un nouvel aéronef avec beaucoup de distractions à bord. L'option de l'acquisition a été validée par le conseil d'administration de l'entreprise, qui juge trop onéreux l'entretien du B767 actuellement exploité.

Le B777 en négociation sera exploité en attendant la mise à la disposition de la compagnie des Dream-liners dont le gouvernement a annoncé l'arrivée en 2015. Le Jour a appris que le premier avion chinois (il y en a trois) est à la disposition de l'armée nationale en ce moment. Toujours dans l'optique d'une offensive, Camair-Co pratique des prix promotionnels pendant l'été (juillet et août). «Notre challenge est d'améliorer le remplissage au cours de ces deux mois qui sont des mois de migrations et de voyages en famille», a déclaré Perchaut. De nouveaux tarifs ont été ainsi élaborés pour la destination Douala-Paris et Yaoundé-Paris en l'occurrence.

© Théodore Tchopa | Le Jour

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau